Pays de la Loire: Comment la région veut augmenter le nombre d’apprentis

EMPLOI La filière est «une espérance» pour combattre le chômage des jeunes, selon Bruno Retailleau, le président de région...

Julie Urbach

— 

Un jeune en apprentissage dans une verrerie le 29 juin 2012 à Joinville-le-Pont
Un jeune en apprentissage dans une verrerie le 29 juin 2012 à Joinville-le-Pont — Kenzo Tribouillard AFP

« L’apprentissage, le plus court chemin vers l’emploi. » C’est le message d’un petit clip diffusé depuis le début de la semaine dans des cinémas de la région. Derrière cette campagne, le Conseil régional des Pays de la Loire vient de voter un copieux plan de « relance » de la filière, dont le nombre d’inscrits ne cesse de baisser. C’était l’une des priorités annoncées du président de région Bruno Retailleau (LR).

Car selon lui, l’apprentissage est « une espérance » pour combattre le chômage des jeunes (22 %) : dans la région, sept apprentis sur dix trouveraient un emploi quelques mois après leur formation achevée.

Prime pour les PME

Pour inciter élèves et entreprises à choisir cette voie, 30 mesures ont été décidées (à la suite d' un grenelle), pour une enveloppe annuelle de 4,6 millions d’euros. Dispositif phare, une aide de 1.000 euros pour les sociétés de moins de 250 salariés qui embaucheraient leur premier apprenti. « Les maîtres d’apprentissage seront mieux reconnus, et les entreprises qui jouent le jeu seront valorisées dans les commandes publiques », explique Bruno Retailleau. La collectivité s’engage aussi à tripler le nombre d’apprentis dans ses rangs.

>> A lire aussi : Cinq idées reçues autour de l'apprentissage passées au crible

Pour les jeunes, le plan comprend surtout la création d’une bourse de 400 euros pour le passage du permis de conduire, souvent indispensable. Il doit aussi leur offrir un accompagnement renforcé dans la recherche de contrats mais également pour trouver un logement pendant les périodes de stages, via un futur réseau de familles d’accueil.

Enfin, des équipes d’une dizaine d’« ambassadeurs de l’apprentissage » sillonneront les collèges des cinq départements pour parler aux élèves de leur réussite. Reste à savoir si cela suffira pour casser des préjugés encore très tenaces.