Pourquoi le FC Nantes est toujours à la lutte avec le Stade Rennais pour Gourcuff

FOOTBALL L'ancien entraîneur de Lorient a bien donné sa parole au président rennais René Ruello, mais le propriétaire du SRFC François Pinault est loin d'être enchanté par un retour du technicien...

Jeremy Goujon et David Phelippeau

— 

L'entraîneur Christian Gourcuff.
L'entraîneur Christian Gourcuff. — GUMEZ/SIPA

Et si Christian Gourcuff, priorité du président Waldemar Kita, était toujours dans la course pour devenir le futur entraîneur du FC Nantes ? L’ancien technicien de Lorient vient de quitter l’équipe nationale algérienne, dont il était le sélectionneur. Un choix dicté par une grande envie de revenir gérer une formation au quotidien, et plutôt en Ligue 1. Brest (L2), Rennes et donc Nantes (L1) ont manifesté l’envie de faire venir Gourcuff.

Ces derniers jours, il a été annoncé très proche du Stade Rennais. Pour une raison simple : Gourcuff a bien donné sa parole au président René Ruello pour coacher l’équipe bretonne, à partir de juin prochain.

Pinault n’est pas pour un retour de Gourcuff

Samedi, dans Ouest-France, le responsable rennais a démenti (pour la forme) cette information. Le fait que Gourcuff ait donné sa parole à Ruello ne signifie pas pour autant qu’il va y signer. En effet, à Rennes, c’est le propriétaire François Pinault qui décide et tranche les grandes décisions.

D’ailleurs, selon les informations de 20 Minutes, Pinault est davantage enclin à, soit garder Rolland Courbis (surtout si le SRFC se qualifie pour une Coupe d’Europe en fin de saison), soit faire confiance à un coach étranger (les noms de Lucien Favre et Marcelo Gallardo circuleraient toujours sur les bords de la Vilaine). Pour comprendre pourquoi le collectionneur d’art (et son fils) n’est pas pour le retour du père de Yoann Gourcuff, un petit flash-back s’impose.

>> À lire aussi : Courbis : « Christian Gourcuff a toute ma sympathie »

Le côté obscur de la force

Nommé à la tête de la formation rouge et noire en 2001, Christian Gourcuff quitte le Stade Rennais au bout d’une saison seulement, alors que son contrat s’étendait sur cinq ans. Poussé vers la sortie par les « forces obscures » (coucou Frédéric Antonetti), et par quelques joueurs ayant peu goûté ses méthodes d’entraînement, l’ancien Lorientais n’aura ainsi pu mener à bien son projet, lui qui voulait avoir la main sur la politique générale du club bretillien (formation comprise). À défaut d’avoir transformé l’institution, Gourcuff sera tout de même parti avec un joli chèque en poche, indemnités obligent (4,2 millions d’euros selon nos informations).

« Nombreux sont ceux qui savent que faire revenir Christian Gourcuff est mission impossible, et que l’insistance de René Ruello sur le sujet finit déjà par lui être préjudiciable, d’où l’urgence du démenti dans Ouest-France, confie à 20 Minutes une source anonyme, proche du dossier. Le reproche lui a été adressé depuis Paris [siège social de Kering, le groupe des Pinault]. Surtout, François-Henri Pinault n’a jamais digéré les millions d’indemnités versées dans la douleur en juillet 2002, ni l’attitude de Gourcuff durant les dix années suivantes. »

Le FC Nantes guette ?

Et le FC Nantes dans tout ça ? Le président Waldemar Kita a déjà eu au téléphone Christian Gourcuff, et il lui a dit qu’il voulait en faire le successeur de Michel Der Zakarian. Le Breton lui aurait alors parlé de l’accord verbal avec René Ruello. Mais si la famille Pinault décide finalement de ne pas suivre le conseil de son président concernant le poste d’entraîneur, le FCN pourrait bien revenir à la charge pour Gourcuff.

D’autant que mardi dernier, dans les colonnes de 20 Minutes, le technicien finistérien a affirmé qu’il pouvait « sans problème travailler avec le président Kita ». En attendant l’épilogue à Rennes, la direction nantaise aurait activé (ce qui paraît logique) d’autres pistes pour le futur coach… tout en rêvant toujours de Gourcuff.

>> À lire aussi : Gourcuff : « Je pourrais travailler sans problème avec Waldemar Kita »