Succession d'Ayrault en Loire-Atlantique: Une législative partielle à enjeux dimanche pour le PS

POLITIQUE Dimanche, 90.000 électeurs sont appelés aux urnes dans le département...

20 Minutes avec AFP

— 

Jean-Marc Ayrault à l'assemblée nationale
Jean-Marc Ayrault à l'assemblée nationale — J. Demarthon / AFP

Nouvelle législative partielle à risque pour le PS : onze candidats briguent dimanche le siège de député de la 3e circonscription de Loire-Atlantique, laissé vacant par l'ex-Premier ministre socialiste Jean-Marc Ayrault, rappelé en février au gouvernement. Son suppléant, Jean-Pierre Fougerat, était décédé il y a un an.

Alors que les socialistes ont connu une succession de déroutes - une quinzaine en près de quatre ans - à l'occasion d'élections partielles, le vote de dimanche est d'autant plus emblématique que la circonscription était détenue depuis 30 ans par le locataire de Matignon de 2012 à mars 2014. 

>> A lire aussi : Qui vote, qui est candidat... Tout savoir de l'élection de dimanche

Scrutin ouvert

«Dans l'imaginaire ici, c'est la circonscription de gauche par excellence, mais ce scrutin est très ouvert, beaucoup plus ouvert qu'habituellement», avec une mobilisation qui s'annonce très faible, analyse le politologue Goulven Boudic.

Discret durant la campagne, Jean-Marc Ayrault est venu jeudi soutenir la candidate PS et actuelle adjointe au maire de Nantes, Karine Daniel. «Les élections partielles, notamment législatives, c'est toujours difficile car il y a un risque d'une faible participation», a déclaré le ministre des Affaires étrangères, exhortant les électeurs à «se mobiliser» et dépasser «déceptions», «désillusions» et «doutes sur l'avenir».

Ce scrutin «s'inscrit dans un contexte national difficile», reconnaît Karine Daniel, qui va aussi faire face à cinq autres candidatures de gauche : Europe Ecologie-Les Verts, PCF, LO, Nouvelle Donne et une liste «Communistes».

EELV en autonomie

Soutenue par les Radicaux de gauche, Génération Ecologie et Ecologistes !, la formation d'un autre député de Loire-Atlantique, François de Rugy (ex-EELV), la candidate socialiste «aspire à rassembler au-delà» au second tour, malgré les dissensions entre PS et Verts autour du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes.

La position d'EELV est «très claire», «il n'y a pas de possibilité d'un appel à voter pour une candidate qui soutient le oui au référendum (sur Notre-Dame-des-Landes, prévu le 26 juin, ndlr) et qui soutient la loi El Khomri», prévient le candidat écologiste, Jean-François Tallio, qui avait recueilli 6,18% des voix au premier tour des législatives en 2012.

Cinq listes à droite

A droite et à l'extrême droite, les candidats ont appelé à sortir un «carton rouge» et sanctionner la politique de François Hollande et du gouvernement. Le candidat Les Républicains (LR)/UDI/MoDem Matthieu Annereau, conseiller municipal d'opposition à Saint-Herblain, l'ancien fief de Jean-Marc Ayrault, veut lancer un «second avertissement» à la gauche, après avoir «fait trembler les terres socialistes» lors des municipales en 2014.

«L'objectif est très clair, c'est de bouter la gauche hors de la circonscription (...) Il faut un vote sanction», déclare de son côté Eléonore Revel, la candidate du Front national. Le FN avait recueilli 8,42% des voix au premier tour en 2012 et 1,94% des voix en 2007.