Pays de la Loire: Le conseil régional examine son budget, clash attendu autour d’une «dette cachée»

POLITIQUE Les débats commencent ce jeudi matin dans l'hémicycle de l'hôtel de région...

Julie Urbach

— 

Bruno Retailleau, président de la région Pays de la Loire, dans l'hémicycle de l'hôtel de région
Bruno Retailleau, président de la région Pays de la Loire, dans l'hémicycle de l'hôtel de région — S. Salom Gomis/ SIPA

C’est le premier budget de la nouvelle majorité régionale. Ces jeudi et vendredi, les élus des Pays de la Loire vont se pencher sur une enveloppe de 1,462 milliard d’euros (dont 557 millions d’euros d’investissement, stable par rapport à l’année dernière) qui financera les actions pilotées par la région en 2016 et notamment des mesures en faveur de l’emploi.

En plus de nouveaux dispositifs pour relancer l’apprentissage, le président de la région Bruno Retailleau (LR) s’attaque à la formation professionnelle en annonçant le financement de 3.000 formations courtes. « En moins de 400 heures, elles permettront de former aux métiers en tension, comme ceux dont on a besoin sur les chantiers de Saint-Nazaire pour construire les nouveaux paquebots ». Un moyen selon lui de lutter contre le recours abusif aux travailleurs détachés. « Dans les commandes publiques, nous allons aussi ajouter une obligation pour les entreprises de prendre à leur charge les frais d’interprétariat sur les chantiers, pour des raisons de sécurité… », indique-t-il.

« Dette cachée »

Ces deux jours de débat s’annoncent tendus. Car selon François Pinte, le président de la commission finances, ce budget est aussi une façon d’« assainir les finances » et de mettre fin à « une fuite en avant budgétaire de l’ancienne majorité socialiste ». Les élus pourraient aussi partir au clash autour d’une « dette cachée » que la majorité aurait découverte.

Des accusations que rejettent en bloc l’opposition et Jacques Auxiette, l’ancien président de région, qui a consulté le cabinet Ernst & Young (qui réalise un audit financier du Conseil régional des Pays de la Loire) à ce sujet. Mais Bruno Retailleau persiste et signe : « Près de 500 millions d’euros sont engagés mais n’ont été ni votés ni inscrits au débat. C’est un fardeau mais nous allons l’assumer. »

Egalement au menu

Numérique, transition énergétique et infrastructures (ferroviaires, portuaires et routières), parmi les priorités « pour attirer l’emploi sur nos territoires », seront aussi au menu des discussions de ces deux jours. Sur le volet éducation, l’une des compétences clé de la région, Bruno Retailleau confirme la construction de cinq nouveaux lycées et le lancement d’un programme « jeunesse civisme », pour lutter contre les addictions. Une bourse régionale de 900 euros pour les bacheliers boursiers qui obtiennent une mention TB sera créée. Elle pourrait concerner 700 jeunes gens.