«Panama Papers»: Le président du FC Nantes Waldemar Kita épinglé, il dément

SCANDALE Selon le journal belge « Le Soir », le nom du président nantais est cité dans la fameuse affaire des « Panama Papers »…

David Phelippeau
— 
Le président Waldemar Kita.
Le président Waldemar Kita. — JEFFROY GUY/SIPA

Surprise, surprise. Selon le journal belge francophone Le Soir,le président du FC Nantes Waldemar Kita fait partie des personnes concernées par l’affaire des « Panama Papers ».

>> A lire aussi : «Le Monde» détaille les systèmes offshore d'entreprises et fortunes françaises

« Dissimuler » un yacht de 25 mètres de long

Selon le média belge, il fait partie des 15 cas à avoir une société offshore tout en ayant choisi la Belgique comme terre d’accueil, sans doute pour fuir l’impôt sur la fortune. « Kita a fait appel aux services de la société luxembourgeoise Navilux S.A. pour créer une société offshore aux Iles Vierges britanniques », explique le quotidien Le Soir. Waldemar Kita, homme d’affaires franco-polonais ayant fait fortune à la fin des années 1980 dans le business de l’ophtalmologie, aurait créé cette société pour « dissimuler » un yacht de 25 mètres de long, qu’il possède depuis 2007 et qui est amarré au port Vauban, à Antibes sur la Côte d’Azur.

L'intéressé dément

Joint par nos confrères du Monde, Waldemar Kita parle d'une homonymie et dément être l’actionnaire de cette société offshore. Le journal explique que ce « Waldemar Kita » est indiqué comme possédant une résidence à Uccle, en banlieue de Bruxelles. « Ce n’est pas mon adresse. Ce n’est pas moi, voilà merci », a répondu le patron du FC Nantes.