Commande record pour STX: «Belle réussite» pour Hollande, les syndicats veulent des embauches

SAINT-NAZAIRE Quatre nouveaux navires de croisière seront construits aux chantiers navals de Saint-Nazaire...

Julie Urbach avec AFP

— 

ST NAZAIRE, le 06/03/2013 Le navire MSC PRESCIOSA en cours de finition sur les chantiers navals
ST NAZAIRE, le 06/03/2013 Le navire MSC PRESCIOSA en cours de finition sur les chantiers navals — FABRICE ELSNER/20MINUTES

« Une belle réussite ». Voilà comment François Hollande a qualifé, lors d’une cérémonie à l’Elysée pour célébrer la nouvelle ce mercredi soir, l’énorme contrat passé par l’armateur MSC aux chantiers navals STX de Saint-Nazaire. Depuis l’annonce ce matin de la commande de ce qui seront les quatre plus gros paquebots d’Europe, pour la somme de près de quatre milliards d’euros, les réactions locales (et positives) s’enchaînent.

« La Loire-Atlantique est fière de ses chantiers, a par exemple indiqué Philippe Grosvalet, président socialiste du département. C’est une excellente nouvelle pour le développement économique de notre territoire, pour son attractivité », a-t-il ajouté. Cette gigantesque commande pourrait représenter 36 millions d’heures de travail. Soit un plan de charges jusqu’en 2026 et l’équivalent de 3.500 emplois direct. Les paquebots doivent être livrés entre 2022 et 2026.

Plans d’embauches

« Nous n’avons jamais eu chez STX une vision à aussi long terme, se félicite Johan Jardin, délégué CFDT. A part Airbus, rares sont les entreprises en France qui peuvent en dire autant ». Si l’annonce est évidemment bien reçue chez les syndicats, ces derniers réclament désormais des engagements concernant les embauches.

D’autant qu’avec un carnet de commandes déjà complet jusqu’en 2020, le directeur général de STX, Laurent Castaing, avait récemment évoqué l’hypothèse de sous-traiter certains blocs dans d’autres chantiers européens. « On exclut cette proposition, prévient le représentant CFDT. La charge de travail va être énorme mais il faudra que toute l’activité puisse être gardée à Saint-Nazaire. Nous allons faire la demande de plans d’embauches pour les prochaines années, en plus de celui de 150 prévus pour 2016 ».

« Aujourd’hui sur le site, il y a 890 ouvriers en CDI, et ce n’est évidemment pas suffisant. Avec un tel carnet de commandes jusqu’en 2026, il n’est plus possible de continuer cette politique de précarisation de l’emploi », a de son côté déclaré Sébastien Benoît, représentant de la CGT.