Nantes: Les syndicats n'appellent pas à manifester mardi, une #NuitDebout s'organise

LOI TRAVAIL Alors que les vacances scolaires viennent de démarrer dans l'académie, les opposants au projet de loi travail adaptent leur mobilisation...

Julie Urbach

— 

Manifestation contre la loi travail le 31 mars à Nantes /SALOM-GOMIS_1820.0141/Credit:Salom-Gomis/SIPA/1603311916
Manifestation contre la loi travail le 31 mars à Nantes /SALOM-GOMIS_1820.0141/Credit:Salom-Gomis/SIPA/1603311916 — SIPA

Des distributions de tracts et opérations de blocage dans des entreprises. Voilà le programme de mardi, nouvelle journée de mobilisation contre le projet de loi travail. Alors que les vacances scolaires se sont ouvertes pour deux semaines dans l’académie de Nantes, les organisations syndicales et étudiantes n’ont cette fois pas appelé à manifester mardi.

 

La carte des villes où s’implante le mouvement #NuitDebout​

 

L’objectif est de « préparer les conditions d’un nouveau rassemblement d’ampleur dès la rentrée scolaire », explique le communiqué de l’intersyndicale de Loire-Atlantique. Une manifestation est tout de même prévue samedi à 14h, au départ du parvis des Machines de l’île.

Une Nuit Debout à partir de 18h, mardi

En parallèle, plusieurs appels ont été lancés sur Facebook. L’un concerne notamment l’organisation d’une #NuitDebout place du Bouffay, à l’instar du mouvement de la place de la République à Paris, qui tend à gagner d’autres villes. Le rendez-vous est fixé mardi à 18h, avec une assemblée générale à 20h, pour tous ceux qui veulent « débattre, résister et créer ». Un événement similaire doit être organisé à la Roche sur Yon (Vendée), vendredi soir.

Sur les réseaux sociaux, une autre proposition de manifestation a été fixée quelques heures plus tôt, à 15h, sur cette même place du Bouffay. « Les syndicats refusent d’appeler à manifester mardi et samedi à Nantes. Pourtant nous sommes nombreuses et nombreux à vouloir continuer jusqu’à la victoire. Il s’agit d’inventer les suites à donner », peut-on lire sur la page dédiée à l’événement.

Le 31 mars, entre 12.000 et 30.000 personnes avaient défilé dans le centre-ville de Nantes, avant que de nombreux heurts et affrontements ne durent jusqu’à la fin de la journée.