Nantes: De gros dégâts, 16 interpellations et une dizaine de blessés en marge de la manifestation

LOI TRAVAIL Le centre-ville de Nantes a été le théâtre de violences tout l'après-midi après la manifestation contre le projet de loi travail...

Frederic Brenon
— 
Plusieurs véhicules ont été dégradés par des casseurs.
Lancer le diaporama
Plusieurs véhicules ont été dégradés par des casseurs. — L.Venance/AFP

La manifestation contre la loi travail, qui a mobilisé entre 12.000 et 30.000 manifestants ce jeudi matin à Nantes, a été marquée par d’importants débordements à l’issue du défilé. Quelques dizaines d'individus, le plus souvent masqués ou cagoulés, ont défié tout l'après-midi les forces de l'ordre en centre-ville, lançant des projectiles (pierres, bouteilles…) et dégradant du mobilier urbain. Plusieurs centaines de jeunes étaient présents à leurs côtés pour observer les affrontements. 

Un casseur en centre-ville de Nantes, jeudi 31 mars.
Un casseur en centre-ville de Nantes, jeudi 31 mars. - L.Venance/AFP

Déjà un lourd bilan

Les dégâts sont importants. Plusieurs vitrines de commerces, panneaux publicitaires et parois de station de tramway ont été brisés. La façade de l’hôtel de ville de Nantes, ainsi que la permanence du député François de Rugy, ont été vandalisées à la peinture. Deux voitures et plusieurs poubelles ont été incendiées. Quelques véhicules ont été endommagés. Des éléments de chantier ont également été déplacés et détruits. La ville de Nantes a annoncé qu’elle allait déposer plainte.

Un panneau publicitaire brisé, près de la place du Commerce à Nantes.
Un panneau publicitaire brisé, près de la place du Commerce à Nantes. - J.Urbach/20Minutes

La police indiquait en fin d'après-midi avoir procédé à neuf interpellations pour jets de projectiles ou outrage sur les forces de l’ordre. Tous sont des hommes, âgés de 14 à 39 ans. L’un d’entre eux était en possession d’une batte de baseball. Au moins sept interpellations supplémentaires ont eu lieu en début de soirée. Par ailleurs, 15 policiers et gendarmes seraient légèrement blessés.

Des pavés de la place du Bouffay ont été arrachés pour servir de projectiles.
Des pavés de la place du Bouffay ont été arrachés pour servir de projectiles. - F.Brenon/20Minutes

Les derniers provocateurs repoussés

Après d'ultimes affrontements du côté de la Cité des congrès, de la médiathèque Demy puis des Machines de l'île, les derniers provocateurs semblent, vers 20h45, avoir été repoussés. Au cours de la journée, les forces de l’ordre ont dû utiliser à plusieurs reprises gaz lacrymogènes et canons à eau, en particulier autour de l’île Feydeau et du pont Anne-de-Bretagne.

Les lignes de tramway sont par ailleurs coupées en centre-ville depuis la fin de matinée.