VIDEO. Nantes: Grosses tensions en centre-ville après la manifestation

LOI TRAVAIL A l'issue de la manifestation, plusieurs groupes de jeunes ont défié les forces de l'ordre...

A.C. et F.B.

— 

Jets de projectiles sur les forces de l'ordre près du CHU. L.Venance/AFP Lancer le diaporama
Jets de projectiles sur les forces de l'ordre près du CHU. L.Venance/AFP — AFP

Tout avait bien commencé à Nantes. Ce jeudi matin aux alentours de 10h45, la manifestation contre la loi travail s’était élancée de la place Commerce. Au moins 12.000 étudiants, lycéens et salariés ont défilé dans les rues de la ville. Le parcours achevé, les syndicats sont restés au niveau d’Hôtel-Dieu, tandis que de nombreux jeunes ont continué vers la gare.

Des premiers heurts ont eu lieu à cet endroit, vers 12h30. Ils se sont poursuivis tout au long de la journée en différents secteurs du centre-ville, en particulier autour de l’île Feydeau.

Des affrontements en centre-ville

Des casseurs, environ une trentaine, ont défié les forces de l’ordre en jetant des projectiles. Les CRS ont répliqué à de multiples reprises avec des grenades lacrymogènes ou des canons à eau, au niveau de la place Commerce, de l’Hôtel-Dieu, de Bouffay, du palais de justice, ou encore du pont d’Anne de Bretagne.

16 interpellations

Près de 300 manifestants, essentiellement des jeunes, étaient toujours présents en fin d’après-midi, et observaient les plus virulents défier les forces de l’ordre. Au total, 16 personnes ont été interpellées, annonce la police. La préfecture annonce que 15 policiers et gendarmes seraient par ailleurs légèrement blessés.

Ces affrontements ont créé d’importants bouchons en centre-ville, plusieurs lignes de tram sont coupées et des automobilistes se retrouvent bloqués. Du mobilier urbain a été dégradé, tout comme la mairie rue de Strasbourg et plusieurs commerces. Deux voitures ont été incendiées devant le CHU. La maire de Nantes, Johanna Rolland, a annoncé qu’une plainte serait déposée.