Notre-Dame-des-Landes: Un huissier est passé deux fois pour demander aux expulsables de partir

PROJET D'AEROPORT Mardi et mercredi, les familles désormais «expulsables» ont reçu la visite d'un huissier...

Julie Urbach

— 

Illustration de la ZAD de Notre Dame des Landes/Credit:JEROME MARS /JDD/SIPA/1602141318
Illustration de la ZAD de Notre Dame des Landes/Credit:JEROME MARS /JDD/SIPA/1602141318 — SIPA

Mardi, il est venu frapper aux portes pour leur demander de « quitter les lieux » dans les 24 heures. Et il est revenu ce mercredi matin pour le vérifier. Deux mois après la décision du tribunal de grande instance de Nantes d’autoriser l’expulsion de onze familles et quatre agriculteurs « historiques » de Notre-Dame-des-Landes, un huissier mandaté par le concessionnaire AGO-Vinci s’est présenté à deux reprises au domicile de ces habitants. Car si certains d’entre eux avaient obtenu un délai de deux mois, tous sont désormais expulsables depuis ce week-end, en date du 26 mars exactement.

« Il a constaté qu’ils étaient tous restés »

« Hier, les habitants historiques ont reçu la visite de l’huissier qui les avait prévenus qu’il repasserait aujourd’hui, rapporte Dominique Fresneau, coprésident de l' Acipa (la principale association anti-NDDL), dont le père fait partie des habitants concernés. Il est revenu dans la matinée, a fait une petite tournée, et a constaté qu’ils étaient tous restés. Il a remis à certains un document en main propre. »

Marcel et Sylvie Thébault, producteurs de lait installés au Liminbout, au cœur de la ZAD, en font partie. Ni eux ni leurs bêtes n’avaient quitté les lieux. « Il s’agit d’un "avis de tentative d’expulsion", indique Marcel Thébault. Sur le fond, cela rend compte que l’on est toujours là. C’est un choc et c’est très désagréable de voir arriver un huissier accompagné par deux personnes, mais c’est la procédure normale… Nous sommes encore sereins sur le fait qu’il n’y aura pas d’expulsion par la force avant le référendum. Ça n’aurait aucun sens… »

Mrcel et Sylvie Thébault JEROME MARS /SIPA
Mrcel et Sylvie Thébault JEROME MARS /SIPA - SIPA

Référendum en juin

C’est la préfecture qui devra décider de la suite du scénario, mais les opposants n’y croient pas. « François Hollande a donné son engagement qu’il n’y aurait pas d’expulsion avant l’épuisement des recours, martèle Dominique Fresneau de l’Acipa. Il ne semble pas que le préfet soit prêt à le faire avant la consultation. »

Le référendum sur l'éventuel transfert de l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes devrait se dérouler au mois de juin, et concerner tous les habitants de Loire-Atlantique.