Nantes: L'assistante de vie avait volé 60.000 euros à l'octogénaire dont elle s'occupait

FAITS DIVERS Elle utilisait le compte du vieil homme pour s'offrir des vêtements, des bijoux, de l'équipement de maison ou aller au restaurant...

Frédéric Brenon

— 

L'assistance de vie a été placée en garde à vue mercredi, de même que sa sœur
L'assistance de vie a été placée en garde à vue mercredi, de même que sa sœur — Fabrice Elsner/20MINUTES

Elle avait réussi à détourner jusqu’à 60.000 euros sur plusieurs mois. Une assistance de vie résidant à Saint-Herblain, qui intervenait au domicile d’un homme de 88 ans pour l’aider dans ses tâches domestiques, a été interpellée mercredi puis placée en garde à vue pour « abus de faiblesse » et « vols sur une personne vulnérable », annonce la police.

La jeune femme, 31 ans, a reconnu avoir utilisé les moyens de paiement de l’octogénaire pour effectuer des achats pour son usage personnel. Pas moins de 337 opérations en carte bancaire et 83 chèques signés de la main de l’assistance de vie et parfois de la victime ont ainsi été recensés.

Elle s’offre un canapé, un four, des bijoux

La police a été saisie de l’affaire après qu’une assistance sociale s’est étonnée de la baisse spectaculaire du solde du compte bancaire protégé du vieil homme. L’examen des relevés bancaires avait, de plus, révélé des dépenses très, très curieuses : dans des boutiques de vêtements, dans une bijouterie, un magasin d’article de sport, un fleuriste, des restaurants…

Au domicile de l’assistance de vie, la police a pu retrouver diverses affaires achetées avec la carte de crédit de la victime (canapé, aspirateur, four, bijoux, vêtements). Le retraité la lui avait confiée pour régler les courses au quotidien.

La sœur et le compagnon impliqués aux aussi ?

La sœur de l’assistance de vie, 34 ans, a également été placée en garde à vue. Des chèques d’un montant total de 7.000 euros avaient en effet été déposés sur son compte, à son insu, a-t-elle affirmé aux enquêteurs. Interpellé lui aussi, le compagnon de l’assistance de vie, 38 ans, a juré n’être au courant de rien.

Tous les trois seront convoqués au tribunal de grande instance de Nantes en janvier 2017. L’octogénaire abusé, lui, est décédé début mars.