Nantes: La ville va se doter d'une police de proximité et recruter 20 agents

SECURITE La maire va proposer au conseil municipal, la semaine prochaine, d’augmenter de 20 % le nombre de policiers municipaux d’ici la fin de l’année…

Julie Urbach

— 

Illustration de policiers municipaux
Illustration de policiers municipaux — C. Villemain/ 20 Minutes

Ils devraient être bientôt présents « dans tous les quartiers nantais » pour « résoudre les problèmes du quotidien ». Vingt nouveaux policiers municipaux vont être recrutés prochainement par la ville de Nantes pour être sur le terrain dès 2017, a annoncé Johanna Rolland ce jeudi midi. Cette mesure, qui était un engagement de campagne, sera soumise au vote du conseil municipal de vendredi prochain.

Conflit de voisinage, stationnement…

Concrètement, alors que les 95 agents intervenaient jusqu’alors uniquement sur le périmètre du grand centre-ville, les vingt supplémentaires seront présents du lundi au vendredi de 10h à 19h sur « de nouveaux parcours d’îlotage », c’est-à-dire dans des quartiers où les policiers municipaux se faisaient plus rares. « Ils seront partout mais n’interviendront pas sur tout », précise Gilles Nicolas, l’adjoint à la sécurité et à la tranquillité publique.

Ces agents pourront être sollicités pour des conflits de voisinage, des questions de stationnement, ou plus généralement d’occupation de l’espace public. Les habitants pourront leur signaler différents problèmes de vie quotidienne. « Ça ne sera pas valable pour les trafics de stupéfiants ou les cambriolages, qui sont du ressort de la police nationale, prévient Gilles Nicolas. Nous ne serons pas supplétifs »

Une maison de la tranquillité publique

Pour piloter ces effectifs, la ville compte s’appuyer sur la maison de la tranquillité publique, dont les travaux ont déjà commencé à la Manufacture des tabacs, et qui devrait ouvrir en novembre 2016. « Les Nantais y trouveront un accueil et un accompagnement personnalisé, rappelle Johanna Rolland. Grâce à ce qu’on va nous y signaler, on pourra repérer là où il est nécessaire d’envoyer les patrouilles. »

>> A lire aussi : Nouvelle poussée de la délinquance en 2015 en Loire-Atlantique

Contrairement à d’autres maires qui font de plus en plus le choix d’armer leurs policiers, Johanna Rolland a indiqué que sa position restait la même, et que les agents, futurs ou anciens, ne seront pas armés. Sur cette question majeure de la sécurité, l’équipe municipale est également attendue sur le dossier de la vidéoprotection, « un engagement qui sera tenu », assure la maire.