Nantes: Plusieurs interpellations et échauffourées lors de la manifestation

LOI TRAVAIL Plus de 6.000 manifestants étaient présents dans les rues de Nantes ce jeudi. Une poignée d'entre-eux, cagoulés, ont défié les forces de l'ordre...

A.C.

— 

Débordements et affrontements lors de la manifestation à Nantes. Lancer le diaporama
Débordements et affrontements lors de la manifestation à Nantes. — L.Venance/AFP

Plus nombreux que la semaine dernière, les manifestants ont pu profiter de la mobilisation de ce jeudi pour crier leur désamour contre la loi travail El Khomri. Malheureusement, une partie d’entre eux n’étaient pas là pour manifester, mais pour défier les forces de l’ordre. Si les derniers manifestants se sont dispersés à 17h (au niveau de la faculté de Nantes), plusieurs heurts ont émaillé le défilé. La préfecture annonce qu’il y a eu 19 interpellations et cinq blessés légers: quatre policiers et un manifestant.

Au départ du cortège, vers 11h à la place du Commerce, une vingtaine de jeunes cagoulés ont jeté des cailloux sur des policiers. Quelques minutes plus tard, rue de Strasbourg, ce sont les CRS qui ont été visés par des projectiles. Des œufs remplis de peinture ont aussi été jetés en leur direction. La bac de Nantes a intercepté les perturbateurs.

Des œufs remplis de peinture ont été jetés contre des CRS et leur véhicule.
Des œufs remplis de peinture ont été jetés contre des CRS et leur véhicule. - A.Chauvin

Échauffourées et grenades lacrymogènes

Après une première boucle, les organisateurs avaient pour ambition d’atteindre le commissariat de Waldeck. Les manifestants ont tenté une première fois de passer à proximité de l’hôtel de ville et de la préfecture. Bloqués par les CRS cours Saint-André, certains casseurs en ont profité pour canarder les forces de l’ordre, qui n’ont pas hésité à répliquer par des tirs de grenade lacrymogène.

Même scénario au niveau du pont de la Motte-Rouge que les manifestants tentaient d’emprunter pour rejoindre Waldeck. Les forces de l’ordre ont une nouvelle fois effectué des tirs de grenade lacrymogène, dissipant ainsi une partie du cortège.

À la suite de ces incidents, vers 13h30, plusieurs jeunes cagoulés ont brûlé des poubelles et arraché des pavés de la ligne de tram. La manifestation a ensuite continué au niveau de la faculté de Nantes où la situation est restée tendue jusqu’à 17h.