Pays de la Loire: La région organise le Grenelle de l'apprentissage pour «relancer» la filière

EDUCATION Près d'un millier de personnes sont réunies ce jeudi au conseil régional pour débattre de l'avenir de l'apprentissage...

Frédéric Brenon

— 

Bruno Retailleau (à droite), accompagné de Christelle Morançais, vice-présidente de la région, et de Gérard Mestrallet, PDG d'Engie et mbassadeur de l'apprentissage.
Bruno Retailleau (à droite), accompagné de Christelle Morançais, vice-présidente de la région, et de Gérard Mestrallet, PDG d'Engie et mbassadeur de l'apprentissage. — F.Brenon/20Minutes

Chefs d’entreprise, formateurs, élus, jeunes… Près d’un millier de personnes sont réunies depuis ce jeudi matin à l’hôtel de région des Pays de la Loire pour débattre de l’avenir de l’apprentissage. Le conseil régional an effet décidé de collecter témoignages et propositions à l’occasion de ce qu’elle a nommé un « Grenelle de l’apprentissage ». Les échanges, qui prennent la suite d’une consultation publique lancée depuis janvier, devront permettre de formuler des mesures concrètes pour « relancer » la filière.

« L’un des plus courts chemins pour trouver un emploi »

« Ce Grenelle est né du constat que le chômage des jeunes est un problème endémique et qu’en même temps l’apprentissage est l’un des plus courts chemins pour trouver un emploi, justifie Bruno Retailleau, président du conseil régional. Malheureusement, on pourrait faire beaucoup mieux pour le promouvoir. Le nombre d’apprentis a même baissé dans notre région. Il y a manifestement des verrous culturels, réglementaires et économiques à faire sauter. »

« Il faut rapprocher l’école et le monde du travail. Cela passe par un changement de culture », confirme Gérard Mestrallet, PDG d’Engie, l’un des invités de marque de ce Grenelle.

Une trentaine de mesures présentées en avril

Certaines des propositions émises par les participants ce jeudi pourraient être reprises par la région, notamment à titre expérimental.

Mais, d’ores et déjà, Bruno Retailleau a dévoilé quelques mesures qui seront soumises au vote le 12 avril lors de l’adoption du budget primitif régional : valorisation du statut des maîtres d’apprentissage dans les entreprises, versement d’une prime de 1.000 euros pour le recrutement du premier apprenti, création d’ambassadeurs chargés de promouvoir l’apprentissage dans les collèges, développement du pré-apprentissage, ou amélioration de la mobilité dans la ruralité… « Il y aura au moins 25 ou 30 mesures présentées », assure le sénateur vendéen.

Des apprentis qui brillent, mais moins nombreux

Les Pays de la Loire comptent environ 27.000 apprentis et pré-apprentis (31.000 en 2007). La région se distingue par ses bons résultats (82 % de réussite aux examens contre 79 % au niveau national), une insertion professionnelle efficace (71 % des apprentis contre 65 %) et un taux de rupture des contrats beaucoup plus faible qu’au national (10 % contre 22 %).