Tourisme: Le gros carton des visites d'entreprises en Pays de la Loire

TENDANCE Plusieurs usines de la région ouvrent leurs portes au public ces prochains jours, à l'occasion de la semaine de l'industrie. Elles font aussi le plein toute l'année...

Julie Urbach

— 

La centrale EDF de Cordemais propose régulièrement des visites au public
La centrale EDF de Cordemais propose régulièrement des visites au public — Médiathèque EDF
Marre des musées ou des sorties au parc ? Et si vous alliez visiter une entreprise ? A l’occasion de la semaine de l’industrie, qui démarre aujourd’hui, de nombreuses sociétés ouvrent gratuitement leurs portes au public dans toute la région. Ce mercredi, par exemple, il sera possible de découvrir la station de traitement des eaux usées de Nantes métropole (Saint-Herblain), mieux comprendre le fonctionnement de la centrale thermique EDF de Cordemais ou encore pénétrer dans le fournil géant de la Mie Câline, basée à Saint-Jean-de-Monts en Vendée.

Toujours plus nombreux

Si l’idée de passer un après-midi équipé d’un casque de chantier ou posté le long d’une ligne de production peut surprendre, elle séduit pourtant toujours plus de visiteurs. En 2014, en Pays de la Loire, au moins 420.000 personnes se sont prêtés au jeu du « tourisme industriel » grâce à une cinquantaine d’entreprises (industrie, gastronomie, métiers d’arts, distilleries...) qui délivrent leurs secrets, toute l’année, à de petits groupes.

«C’est une nouvelle expérience de visite, assure Clémence Jouin, coordinatrice de l’association «Visitez nos entreprises», créée en 2001. Une opportunité de découvrir de nouveaux bruits, des odeurs, des goûts parfois, se plonger dans un monde que l’on ne connaît pas toujours très bien.» Au moins 10% de visiteurs en plus sont comptabilisés chaque année.

«L'entreprise, c'est du vivant»

Pour les entreprises, les intérêts sont divers: si certaines améliorent leur image de marque, d’autres en profitent pour présenter des métiers peu connus, dans une optique de recrutement. «Pour nous, c’est une volonté de transparence et de pédagogie autour de la production d’électricité», explique-t-on à la centrale de Cordemais.
 
A l’imprimerie Goubault, à La Chapelle-sur-Erdre, quelque 600 curieux ont franchi les portes de l’entrepôt en 2015. Ici, la démarche est carrément militante. «On n’a rien à vendre, juste l’envie d’expliquer ce qu’on fait, s’enthousiasme Dominique Goubault, le patron de cette affaire créée en 1897. On montre que l’entreprise, c’est du vivant. Qu’on est fier d’avoir choisi de rester ici plutôt que de délocaliser.» Un désir de célébrer le patrimoine industriel de la région qui se retrouve chez les visiteurs: en 2014, 83% d'entre eux étaient originaires des Pays de la Loire ou des départements limitrophes.