En difficulté financière, le magazine «Terra Eco» annonce sa fermeture

MEDIAS Le magazine national dédié aux problématiques environnementales a échoué dans sa quête d'un repreneur et va s'arrêter le 30 mars...

Frédéric Brenon

— 

Terra Eco, magazine sociétal et environnemental, basé à Nantes et de diffusion nationale
Terra Eco, magazine sociétal et environnemental, basé à Nantes et de diffusion nationale — F. Brenon / 20 MInutes

Les quatorze salariés de l’entreprise basée à Nantes craignaient cette issue depuis quelques jours. Terra eco, magazine national dédié aux problématiques environnementales et sociétales, annonce ce jeudi sa cessation d’activité à la date du 30 mars.

En proie à des difficultés financières depuis près de deux ans, le mensuel indépendant, créé en 2004, cherchait depuis plusieurs semaines un repreneur.

« Nous n’avons pu inverser la tendance »

« Ces quelques lignes sont probablement les plus difficiles qu’il nous ait été donné d’écrire, expliquent Walter Bouvais, directeur de la publication, et David Solon, directeur de la rédaction sur le site Internet de Terra eco. Malgré six semaines d’intenses tractations avec plusieurs candidats à la reprise de l’entreprise Terra Economica SAS, celles-ci n’ont pas abouti. Malgré d’innombrables retournements de situation au cours de ces longues années, nous n’avons pu inverser la tendance. »

Les dirigeants-fondateurs du magazine évoquent une « profonde tristesse » mêlée à un dur réalisme. « A contrecœur, nous devons mettre un terme à l’aventure Terra eco, sous sa forme actuelle. Fini, le journal électronique ; adieu, le magazine mensuel papier. L’espoir et le capital sympathie que nous portions sont demeurés indissociables de l’âpreté économique de notre projet. Il faut savoir s’arrêter. »

75 numéros et 20.000 abonnés

Malgré des difficultés budgétaires pesantes liées, notamment, à une érosion des recettes publicitaires, Terra eco était parvenu à augmenter ses abonnements à la faveur d’un appel à l’aide lancé aux lecteurs fin 2014 puis d’une refonte de la formule en mars.

Le titre compte aujourd’hui environ 20.000 abonnés et est tiré en kiosque à près de 20.000 exemplaires. Ses reportages de fond, son sens de la pédagogie et ses points de vue d’experts sur les nouveaux enjeux d’un « monde qui bouge » étaient particulièrement appréciés. Son numéro de mars était le 75e.