Nantes: Les syndicats de la TAN «exaspérés» par les dealers de drogue à certains arrêts

SOCIETE Le personnel de la Semitan n'en peut plus des incivilités aux stations Commerce, Pirmil et Souillarderie. La ville annonce des renforts policiers...

Frédéric Brenon
— 
C'est à la station Commerce, le soir, que le personnel de la TAN rencontre le plus de difficultés.
C'est à la station Commerce, le soir, que le personnel de la TAN rencontre le plus de difficultés. — F.Brenon/20Minutes

« Ça n’est plus vivable. Des semaines que ça dure. Il faut faire quelque chose pour que ça cesse. » Les agents de la Semitan n’en peuvent plus des trafics de drogue et l’agressivité de certains dealers aux stations de tramway Commerce, Souillarderie et Pirmil. Les quatre organisations syndicales de l’entreprise de transport ont adressé la semaine dernière un courrier commun au préfet pour obtenir d’urgence un « rétablissement de l’Etat de droit, avant qu’un accident grave ne se produise ».


Intimidations, agressions, traversées dangereuses

Les syndicats dénoncent des intimidations, des jets de pierre, des traversées dangereuses des voies, un blocage de l’ascenseur (Souillarderie) et même quelques agressions physiques. « Cela se passe le soir, quand les quais se vident, explique Chantal Roullaud, déléguée CFDT. Les auteurs sont des groupes de jeunes qui ont un sentiment de toute puissance. Au-delà du trafic de drogue, le problème vient surtout de leur comportement envers le personnel et les voyageurs. Quand on le vit au quotidien, à un moment ce n’est plus supportable. »

La police est pourtant vigilante sur ces stations. « Il y a parfois du mieux. Mais ça ne dure jamais. Il nous faut une solution durable », réclame Chantal Roullaud. Ce mercredi, les syndicats n’avaient pas eu de réponse à leur courrier. « Exaspérés », ils se disent prêts à « cesser les relèves à Commerce et perturber tout le planning » ou à « ne plus s’arrêter le soir à Souillarderie ».

Des renforts de police annoncés

De son côté, le président de la Semitan et premier adjoint à la mairie de Nantes, Pascal Bolo, annonce que les choses ont bougé : une présence renforcée de la police nationale et de la police municipale «est en place depuis quelques jours». « C’est une réponse dissuasive sur un temps qu’on espère le plus long possible mais qui sera limité, précise l’élu. On ne peut pas mobiliser une équipe statique sur ces secteurs. »

Hasard ou conséquence, un vendeur de cannabis, pris en flagrant délit par la police, a été interpellé mardi à la station Commerce puis placé en garde à vue.