Un pôle d’échanges internationaux à Nantes

RECHERCHE Les étudiants et chercheurs étrangers ont désormais un espace à leur disposition

A Nantes, Frédéric Brenon

— 

La Maison des échanges internationaux et de la francophonie, à Nantes.
La Maison des échanges internationaux et de la francophonie, à Nantes. — J.S. EVRARD / 20 MINUTES

Ils étaient de plus en plus nombreux à Nantes, mais n’avaient pas encore de lieu réservé. Les étudiants et chercheurs étrangers ont désormais un espace à leur disposition avec l’ouverture, hier, de la Maison des
échanges internationaux et de la francophonie, et de la Maison des chercheurs étrangers. Réunies dans un même bâtiment de 440 m2 construit chaussée de la Madeleine, ces deux structures formeront un pôle censé «renforcer l’attractivité internationale de l’agglomération». La Maison des chercheurs étrangers permet l’hébergement de 24 chercheurs venus pour des courts séjours, tout en étant un lieu de travail et de
rencontres. La Maison des échanges, elle, fait office de guichet unique pour les étudiants étrangers, dispense des cours de français, et facilite les démarches des étudiants nantais qui souhaitent émigrer. «Pour nous ce projet était vital, c’est l’avenir de la ville et de la région qui se joue là», affirme Jean-Marc Ayrault. La création du pôle aura coûté 3,8 millions d’euros. Environ 3.300 étudiants étrangers et une centaine de chercheurs ont été acueillis à Nantes l’an passé.