Nantes: Jan Hadrava, volleyeur multi-surfaces

VOLLEY Les statistiques du deuxième marqueur du championnat ne doivent rien au hasard...

Adrien Godet

— 

Avec 379 points marqués, Jan Hadrava fait déjà mieux que la saison dernière.
Avec 379 points marqués, Jan Hadrava fait déjà mieux que la saison dernière. — Philippe Jeuland / NRMV

Service, bloc, attaque, Jan Hadrava impressionne dans tous les secteurs de jeu cette saison. Des performances qu’il doit en partie à la double carrière qu’il mène.  Pointu de Nantes-Rezé la plus grande partie de l’année, le Tchèque de 24 ans troque le parquet pour le sable lors de la pause estivale. « Le beach m’apporte du physique, m’apprend à défendre et à m’adapter aux circonstances de jeu. »

Deux pratiques complémentaires indispensables pour calmer son hyperactivité. « Je ne suis pas quelqu’un qui aime rester sur la plage à rien faire, je m’ennuie assez vite », lâche ce volleyeur tout terrain.

« Les Jeux, on y pense forcément »

Toujours dans la course aux play-offs avec le NRMV, Jan Hadrava tentera également fin juin de se qualifier pour les Jeux Olympiques. « Le volley en salle reste le sport numéro un pour moi mais les Jeux, on y pense forcément. »

Un graal que le joueur espère décrocher aux côtés de Premsyl Kubala, avec qui il a déjà été médaillé de bronze lors des Jeux Européens de Bakou en juin dernier. « C’est compliqué parce que les autres équipes de beach font des stages en Egypte, aux Canaries pendant l’hiver. On va donc devoir mettre les bouchées doubles ensuite. »

Confiant pour une qualification en play-offs

Le Tchèque concentre pour le moment toute son énergie sur la réception de Lyon, samedi soir. Légèrement blessé lors du dernier match à Toulouse, il devrait tenir sa place. « Le championnat est très serré, mais je crois aux play-offs. Si on fait le plein à domicile, on a 80 % de chances de les jouer », analyse celui qui devrait obtenir dans quelques mois un premier diplôme d’entraîneur. Hyperactif on vous dit…