Muscadet, gros plant: Les vins de Nantes veulent améliorer leur image

CONSOMMATION Les vignerons reprennent en main la communication autour de leurs vins...

Julie Urbach

— 

Nantes, le 15 septembre 2014, dégustation de vin muscadet dans un restaurant nantais
Nantes, le 15 septembre 2014, dégustation de vin muscadet dans un restaurant nantais — Frederic Brenon / 20 Minutes

Depuis quelques années, il fait son apparition sur les cartes des restaurants, chez les cavistes de centre-ville et même au Hellfest, dans un immense « bar à muscadet ». Mais ce vin du pays nantais, tout comme le gros-plant et le coteaux d’Ancenis, longtemps boudés, sont encore loin de devenir les stars de l’apéro. 

A tel point que les professionnels de ce vignoble de plus de 9 200 ha, aux portes de Nantes, se sont fixé un objectif pour 2016 : « Il y a une réelle volonté d’un changement d’image vis-à-vis de nos vins, assure Olivier Martin, porte-parole de la fédération des vins de Nantes. Nous allons reprendre en main la communication. »

Marché dynamique

Car derrière le terme de « petit blanc », le muscadet n’a en réalité pas à rougir. Trois crus communaux ont été récemment reconnus et une dizaine d’autres sont en passe de l’être d’ici deux ans. Première appellation sur le Val-de-Loire (400 000 hl produits cette année), il est aussi convoité à l’étranger, avec un marché d’export dynamique qui a récemment gagné les Etats-Unis.

« Les gens connaissent et achètent, mais ce n’est pas encore le vin que les Nantais apportent à leurs amis, constate Joël Forgeau, président du syndicat du Muscadet. Ça commence avec les gorges et les clisson [les crus reconnus] mais c’est un marché de niche qui doit encore progresser. »

Pour y arriver, l’accent sera mis cette année sur les restaurateurs, le développement des offres touristiques liées à l’oenotourisme, mais aussi un gros travail sur la hiérarchisation du muscadet. « Sur l’entrée de gamme notamment, il y a un gros déficit de lisibilité que nous devons corriger », admet Olivier Martin. 

La maison des vins de Loire ne rouvrira pas

Reste à se trouver une nouvelle vitrine. Fermée depuis le mois de novembre dernier, la maison des vins de Loire, située jusqu’alors place du Commerce à Nantes, ne rouvrira pas, pour des questions budgétaires. La fédération des vins de Nantes se cherche donc un nouveau pied-à-terre qui pourrait se situer dans le futur grand espace dédié 
à la gastronomie, ce projet mené par Nantes métropole. L’ouverture est prévue en 2018, dans les anciennes halles Alstom sur l’île de Nantes.