Notre-Dame-des-Landes: «Je n'organiserai pas ce référendum», prévient Bruno Retailleau

AEROPORT Le président de la région Pays de la Loire est extrêmement remonté contre le projet de référendum local. Il dénonce un « enfumage »…

Frédéric Brenon

— 

Bruno Retailleau, président du conseil régional des Pays de la Loire, le 12 février 2016.
Bruno Retailleau, président du conseil régional des Pays de la Loire, le 12 février 2016. — F.Brenon/20Minutes

Au lendemain de l’annonce télévisée de François Hollande, le président de la région Pays de la Loire est toujours aussi remonté contre la perspective d’un référendum local sur le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

« On voudrait remettre en cause un dossier qui a une légitimité démocratique, qui a une légitimité du juge, tout cela pour un référendum qui n’a pas encore de règles, pas de calendrier, pas de périmètre géographique ? Je pense qu’on n'en pas besoin, je n’en vois aucune utilité. Tout cela ressemble à un nouvel enfumage de François Hollande », clame Bruno Retailleau.

«Ce sera le flou qui l'emportera»

Le sénateur Les Républicains argumente. « Pour faire un référendum, il faut s’assurer que l’issue ne soit pas contestée. Or on sent bien que quel que soit le résultat, cela risque de porter à confusion. Ce ne sera ni le oui, ni le non, mais le flou qui l’emportera. Et pensez-vous que les Zadistes dégageront sur le simple verdict d’une consultation locale ? J’en doute. »

«Pour l'instant, on ne peut pas m'y contraindre par la loi»

Bruno Retailleau l’assure : « Je n’organiserai pas ce référendum » en Pays de la Loire si le gouvernement le lui demandait. « Et on ne peut pas m’y contraindre par la loi puisqu’il n’y a, pour l’instant, pas de base juridique pour qu’une collectivité organise elle-même un référendum sur un projet dont elle n’a pas la compétence », ajoute-il.

Le gouvernement devrait toutefois rapidement modifier la loi via une ordonnance. « Si l’Etat a la main pour l’organiser lui-même, je m’y plierai, bien entendu, conclut-il. Je ne vais pas faire une ZAD au conseil régional »