Notre-Dame-des-Landes: Royal confirme la mise à plat du dossier, «en accord» avec Manuel Valls

PROJET D'AEROPORT La ministre de l'Environnement confirme avoir demandé à son inspection générale d'étudier des solutions alternatives au nouvel aéroport...

Frédéric Brenon

— 

Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie, à l'Assemblée nationale ce mercredi. P.Kovarik/FP
Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie, à l'Assemblée nationale ce mercredi. P.Kovarik/FP — AFP

Après avoir déclaré dimanche qu’il n’y aura pas d’expulsion « par la force » à Notre-Dame-des-Landes et demandé qu’un rapport soit réalisé dans les deux mois pour évaluer les projets « alternatifs ou complémentaires » au nouvel aéroport, Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, a confirmé ses propos ce mercredi à l’Asssemblée nationale.

Interrogée par la députée nantaise Marie-Françoise Clergeau, Ségolène Royal préconise qu’aucune décision ne soit prise avant l’épuisement de tous les recours engagés et affirme agir « en accord avec le Premier ministre », alors que beaucoup d’observateurs en doutaient. Présent dans l’hémicycle, Manuel Valls n’a d’ailleurs pas bronché.

« Faire en sorte que tout soit mis à plat »

« Les procédures judiciaires sont en cours et, en effet, j’ai demandé à mon inspection générale, en accord avec le Premier ministre, de faire en sorte que tout soit mis à plat, puisqu’il y a encore des procès d’intention, des idées selon lesquelles il y aurait des solutions alternatives », a déclaré la ministre.

Avant d’ajouter : « Je crois maintenant qu’il faut en appeler à la sérénité, au respect mutuel des uns et des autres, attendre que les procédures légales s’achèvent pour pouvoir trouver la solution qui rend conciliable le développement économique, les infrastructures et la protection de l’environnement. »

Des travaux à l'automne?

Au Sénat, Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat en charge des relations avec le parlement, a apporté des précisions, en réponse à une question du sénateur ligérien Yannick Vaugrenard. Il indique que «l’automne sera un moment décisif pour l’engagement des travaux« et que «d’ici là, sur décision du ministre de l’intérieur la présence des forces de l’ordre sera renforcée sur les communes environnantes» de Notre-Dame-des-Landes.