Nantes: Les mails de Dupont De Ligonnès divulgués par la police ?

JUSTICE Certains éléments de la correspondance du père de famille, soupçonné d'avoir tué sa femme et ses 4 enfants, ont fuité sur Facebook...

Olivier Aballain
— 
Xavier Dupont De Ligonnès et son épouse
Xavier Dupont De Ligonnès et son épouse — Coll.privee De Ligo/FSMADJA/SIPA

Petite enquête interne dans le cadre du mystère de la disparition de Xavier Dupont De Ligonnès. Presse Océan et Ouest-France rapportent le procès d’un policier et d’un blogueur qui s’est tenu le 27 janvier devant le tribunal correctionnel de Paris.

>>A lire aussi : Quatre ans après, où en est l’enquête sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès ?

Il leur est reproché d’avoir favorisé la publication de courriels envoyés par Xavier Dupont De Ligonnès bien avant sa disparition et le meurtre de sa femme et de ses quatre enfants, en avril 2011.

La divulgation de cette correspondance privée a fait l’objet en mai 2012, d’une plainte déposée par la sœur de Xavier Dupont de Ligonnès, destinataire de certains des courriels.

Réquisitions plus sévères contre le policier

Le policier, agent de l’office central de lutte contre la criminalité liée aux TIC (technologies de l’information et de la communication), aurait eu accès aux courriels dans le cadre de l’enquête menée à l’époque en lien avec certains spécialistes de la recherche de données sur internet, hackers compris. Mais le policier, âgé de 47 ans, nie avoir transmis les documents, retrouvés sur les serveurs de l’opérateur internet Free.

Quant au blogueur, basé à Angers, il conteste le fait que la correspondance publiée sur Facebook sous le pseudo « ChrisLaVérité » fasse partie des documents protégés par le secret de l’instruction.

Les réquisitions du procureur sont logiquement beaucoup plus sévères à l’encontre du policier, eu égard à ses fonctions : le magistrat réclame 2 mois de prison avec sursis à l’encontre de l’agent, assortis de 4 mois d’interdiction d’exercer. L’internaute, lui, s’en tirera avec 1.000 euros d’amende, si le tribunal suit les réquisitions. Décision le 23 mars.