Les Pays de la Loire pratiquent peu les IVG

F. B. - ©2007 20 minutes

— 

Les Pays de la Loire sont toujours la région française qui enregistre les plus faibles taux d'interruptions volontaires de grossesse. C'est ce que révèle une étude statistique publiée par la Drass cet été. En 2006, plus de 8 300 IVG pour des raisons autres que médicales ont été réalisés dans les établissements de santé agréés de la région. C'est en Mayenne et Vendée que ces taux sont les moins élevés (7,5 et 8 IVG pour mille femmes en âge de procréer). En comparaison, le taux en Loire-Atlantique se situe à 11,8 pour mille et dépasse 15 pour mille en Ile-de-France.

« C'est une constante depuis trente ans, observe Bernard Meslé, responsable du centre Simone-Veil à Nantes. Même si on a peu d'éléments d'analyse, on peut penser que la forte culture catholique de la région, le poids de la famille et des traditions en secteur rural, expliquent ce particularisme régional. » Autre spécificité des Pays de la Loire : 86 % des avortements sont effectués en hôpital public. A noter aussi que l'âge de celles qui y ont recours se situe entre 27 ans et 28 ans et que 28 % des femmes ayant avorté en 2006 ont déjà subi une IVG précédemment.