Notre-Dame-des-Landes: Les expulsions prononcées, les pro-aéroports réclament les travaux

AEROPORT Après la validation des expulsions d'habitants «historiques», les partisans du nouvel aéroport demandent le démarrage du chantier...

Frédéric Brenon

— 

Philippe Grosvalet, président (PS) du conseil département de Loire-Atlantique
Philippe Grosvalet, président (PS) du conseil département de Loire-Atlantique — J. Urbach/ 20 Minutes

Après la décision du tribunal de grande instance de Nantes d’autoriser l’expulsion de quinze familles et agriculteurs installés sur la future zone aéroportuaire de Notre-Dame-des-Landes, les pro-aéroport sont nombreux à exprimer leur satisfaction de voir le projet avancer.

Philippe Grosvalet, président du conseil départemental de Loire-Atlantique, et Bruno Retailleau, président du conseil régional, demandent à l’Etat de rendre public le calendrier des travaux dans les meilleurs délais

Grosvalet lance un appel à l’apaisement

« Rien ne s’oppose au début des travaux de ce projet important pour le développement et l’avenir du Grand Ouest, déclare Philippe Grosvalet. Je lance un appel en faveur de l’apaisement : aucun projet ne peut être bâti sur la violence. J’appelle donc chacun à prendre ses responsabilités pour faire respecter l’Etat de droit. Les personnes concernées par le délibéré de ce jour doivent prendre acte du jugement. Je demande également aux organisations démocratiques de ne soutenir, ni encourager aucune action visant à enfreindre les lois de la République. Leur réaction sera regardée et se doit d’être exemplaire. »

La région veut l’évacuation de la ZAD

Les élus du conseil régional, réunis en session ce lundi, ont adopté à la majorité un vœu dans lesquels ils affichent leur « soutien à tous les riverains de la ZAD qui subissent les actes illégaux commis par des "zadistes" », ils demandent à l’Etat « que des moyens soient immédiatement mis en œuvre pour assurer la sécurité à Notre Dame des Landes et dans les communes environnantes » et ils appellent le gouvernement à ordonner l’évacuation de la ZAD de Notre Dame des Landes ».

Un « jugement logique » pour les Ailes pour l’Ouest

La très active association Des Ailes pour l’ouest s’est, elle, réjouie de ce « jugement logique après les nombreux refus de ces occupants de négocier à l’amiable ». « J’appelle désormais le chef de l’Etat et le Premier ministre à lancer immédiatement ce projet et à évacuer la ZAD. Les exactions survenues ce week-end ne laissent plus aucune alternative à l’Etat sous peine de rendre la situation encore plus invivable et d’engager leur responsabilité directe en cas de nouveaux incidents », ajoute Alain Mustière, le président des Ailes pour l’Ouest.