Le défenseur Enock Kwateng.
Le défenseur Enock Kwateng. — D. Phelippeau / 20 Minutes

INTERVIEW

FC Nantes: «J'ai envie de retourner à la maison avec le maillot nantais», explique Kwateng

Le jeune défenseur nantais saura, mardi en fin de matinée, s'il est retenu dans le groupe pour affronter en Coupe de France son premier club formateur, le FC Mantois...

Mardi midi, Enock Kwateng (18 ans), fraîchement passé professionnel, sera fixé. Il saura s’il est dans le groupe pour affronter, mercredi soir, en 16es de finale de la Coupe de France, le FC Mantois, son premier club formateur. Avant même de savoir, le néo-pro a accepté de raconter ses années passées à Mantes-la-Jolie.

>> A lire aussi : A la découverte des quatre jeunes Canaris invités au stage d’Annecy

Vous êtes originaire de Mantes-la-Jolie même ?

Oui du Val-Fourré. C’est un quartier qui s’est calmé… On dit que Mantes-la-Jolie est une ville dangereuse, mais quand on y vit, on ne pense pas à ça. A l’intérieur, c’est comme une famille. J’ai toujours vécu là-bas. Quand ils sont arrivés en France, mes parents se sont installés là-bas. J’ai grandi là-bas. Tous mes amis y sont.

Qu’est ce qui vous a donné envie de jouer au foot ?

Quand on finissait l’école, on allait directement au city qu’ils ont refait d’ailleurs. C’est un terrain synthétique. Mes potes jouaient au FC Mantois. Du coup, à 7 ans, je me suis inscrit au club pour y joueur jusqu’à 15 ans. Après, j’ai rejoint le FCN.

Racontez-nous ces huit ans de football là-bas…

Ce ne sont que des bons souvenirs. Je me souviens des tournois avec mes potes. Par exemple, la Nike Cup qui avait lieu au Camp des Loges. Ça permettait de se montrer. On avait réalisé un beau parcours une année. Certains qui jouaient à l’époque avec moi sont pros maintenant : mon meilleur ami Abdou-Aziz Thiam (Monaco) ou encore William Neji (Guingamp). Ce club sort de très bons joueurs. C’est la meilleure école de foot en région parisienne. Yann M’Vila et Moussa Sow ont été formés au FC Mantois.

Quelle a été votre réaction quand vous avez su que Nantes avait tiré ce club ?

Je sentais qu’on allait tomber contre eux. Je pensais même que ça allait être le tour d’avant… Quand il y a eu le tirage, le téléphone a sonné. J’étais content, mais maintenant j’espère être dans le groupe. J’ai vraiment envie de retourner à la maison avec le maillot de Nantes.

Les gens de Mantes-la-Jolie savent ce que vous êtes devenu ?

Oui, ils me suivent beaucoup. Ma famille est très contente. Dans le club house du FC Mantois, il y a ma photo. Si je suis dans le groupe mercredi, je leur laisserai mon maillot de la rencontre.

On doit vous appeler pour avoir des places ?

Oui car on me dit qu’il n’y en a plus à vendre. Je réponds que si je suis dans le groupe, je pourrai en avoir. De plus, si je fais partie du groupe, mes parents viendront.