Loire-Atlantique: Le hangar agricole abritait près de 1.000 plants de cannabis

FAITS DIVERS Quatre personnes étaient en garde à vue, jeudi soir, après la découverte d'une importante quantité de cannabis à La Limouzinière...  

J.U. avec AFP

— 

Les plants de cannabis ont été détruits
Les plants de cannabis ont été détruits — Gendarmerie de Loire Atlantique

Le bâtiment avait attiré la curiosité des gendarmes. Près de 1.000 plants de cannabis ont été saisis mardi dans un hangar agricole à La Limouzinière, une petite commune rurale de Loire-Atlantique. Quatre personnes étaient toujours en garde à vue jeudi soir, a annoncé la gendarmerie.

Le lieu de production, un hangar destiné à l’élevage avicole situé dans un hameau composé de très peu d’habitations, était sous surveillance depuis un mois. Le 7 décembre, une patrouille avait remarqué la présence d’une caméra sur la porte d’un bâtiment, qui semblait être inutilisé.

Lors d’opérations de surveillance, « au plus près du bâtiment », les militaires ressentent « une forte odeur caractéristique de cannabis qui se dégage du local » et découvrent « une trappe légèrement entre-ouverte. Ils perçoivent alors le bruit de système d’aération et de ventilation ainsi qu’un rayonnement thermique ».

Consommation d’électricité hors normes

La consommation d’électricité hors normes du bâtiment (multipliée par 10 depuis juillet 2014), loué par une femme de 37 ans a également mis les enquêteurs sur la piste, a précisé la gendarmerie.

La locataire du bâtiment de 300 m2, dans lequel ont été découvertes six chambres de culture et près de 1.000 plants de cannabis, ainsi qu’un homme de 51 ans, ont été interpellés mardi par les gendarmes de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu, appuyés par la brigade des recherches de Rezé, et placés en garde à vue. Les plants ont tous été détruits.

Trois autres personnes, âgées de 29 à 37 ans, ont été par la suite interpellées, mercredi et jeudi, dont une, la plus âgée, a été depuis remise en liberté, a poursuivi la gendarmerie.