FC Nantes: Les plus belles «saillies» de Lucas Deaux

FOOTBALL Le milieu de terrain, qui a quitté Nantes pour rejoindre La Gantoise, était un bon client pour les médias. Florilège de ses déclarations depuis son arrivée à la Jonelière en 2012...

David Phelippeau

— 

NANTES, le 25/10/2013 Lucas DEAUX joueur du FCN lors du match FC Nantes contre Lille
NANTES, le 25/10/2013 Lucas DEAUX joueur du FCN lors du match FC Nantes contre Lille — FABRICE ELSNER/20MINUTES

Lucas Deaux, qui a signé à La Gantoise le week-end dernier, n’a jamais laissé indifférent pendant presque quatre ans au FCN. Spontané et naturel pour certains, calculateur (auprès des supporters notamment) et ego démesuré pour d’autres, l’ancien Rémois, âgé de 27 ans, peut être considéré comme un footballeur atypique dans un monde aseptisé.

« Il n’est pas tout seul dans sa tête, estime, avec affection, son ancien coéquipier Yohan Eudeline. C’est un vrai personnage. Une grande gueule. Soit tu aimes, soit tu n’aimes pas ce genre de mec. » A Nantes, presque tous les supporters l’ont souvent adulé. Les journalistes aussi l’ont apprécié en salle de presse, car Lucas Deaux, c’était le « bon client », le « franc-parler » par excellence. Florilège (dans le désordre) de ses bonnes phrases (ou pas), de ses bons mots (ou pas).

>> Deaux et les galettes-saucisses rennaises

Le 29 septembre 2013, le FC Nantes, promu en L1, va gagner 1-3 à Rennes. Deaux inscrit le 3e but. Quelques minutes plus tard, en zone mixte, il est euphorique. « Marquer son premier but pour Nantes contre les galettes-saucisses, comme ils disent, c’est super. » Une petite pique que les Rennais auront du mal à avaler…

Le but insolite de Lucas Deaux en vidéo contre Rennes

>> Deaux et les mecs un peu faux-culs

Le 2 novembre 2013, dans L’Equipe, l’ancien milieu de terrain nantais déclare sur sa future reconversion : « Si je travaillais dans ce milieu [le football], ce serait avec des jeunes, pas dans le monde pro où il y a beaucoup de mecs un peu faux-culs ! »

>> Deaux et l’embourgeoisement des supporters 

Mi-décembre 2015, après un piteux nul (1-1) des Canaris contre Toulouse, Deaux commente - sans retenue - les sifflets des supporters nantais sur les ondes de France Bleu Loire Océan. « Il ne faut pas s’embourgeoiser dans la vie […] Après, s’ils ne sont pas contents, ils peuvent aussi ne pas venir, ce que je ne souhaite pas, bien au contraire. »

>> Deaux et les « pleureuses » de Lyonnais

Le 22 septembre 2013, le FC Nantes, promu en Ligue 1, s’incline (3-1) à Lyon. Deaux ne cache pas son courroux dans Ouest-France. « On apprend, notamment comment se comportent les arbitres. Les Lyonnais n’ont pas arrêté de chialer. Il [l’arbitre] sifflait tout pour eux. S’il suffit de pleurer et de porter le maillot de l’OL, il faut dire tout de suite ! »

>> Deaux et la propreté technique

Le 30 décembre dernier, juste avant son départ à La Gantoise, Deaux, adepte de la communication sur les réseaux sociaux, tweete un document de la LFP. On y apprend qu’il est entre autres le joueur nantais qui a réussi le plus de passes sur la première partie de saison. Souvent critiqué pour son manque de technique, Deaux écrit, ironiquement, alors sur Twitter : « Il paraît qu’on est pas propre techniquement… #shutup » Le message sera (très) moyennement apprécié par les fans nantais…

>> Deaux et son salaire

L’été dernier, le club de La Gantoise avait déjà voulu enrôler Deaux. Le FCN l’avait finalement retenu. Sur le plateau de Télénantes, le joueur n’est pas langue de bois regrettant de ne pas avoir rejoint la Belgique. « Après oui, avec le titre de champion de La Gantoise et la Ligue des champions, je triplais mon salaire. Je n’ai pas peur de le dire ! »

L’émission Fous de Foot avec Lucas Deaux dans son intégralité ici

>> Deaux et les excuses sur Twitter

Le 14 février 2015, Nantes perd (0-2) à la Beaujoire contre Bastia. Lucas Deaux, qui ne participe qu’à 20 minutes du match, fait des excuses publiques sur Twitter. Un acte évidemment salué par les aficionados du FCN.