Nantes: Six hommes en garde à vue après une mutinerie au centre pénitentiaire

PRISON Des débordements ont éclaté dans le centre pour mineurs d'Orvault...

C.A. avec AFP

— 

Illustration d'un gardien de prison, ici à Nantes
Illustration d'un gardien de prison, ici à Nantes — Fabrice ELSNER/20 MINUTES

La nuit a été particulièrement agitée mardi à l’établissement pénitentiaire pour mineurs d’Orvault, près de Nantes. Des incidents ont éclaté entre plusieurs détenus. « Un départ de feu a eu lieu dans une cellule aux alentours de 21h30, suivi de deux autres », explique la direction interrégionale des services pénitentiaires du Grand-Ouest.

Placés en garde à vue

Pompiers et forces de l’ordre ont alors été alertés, ainsi que les Équipes régionales d’intervention et de sécurité (ERIS). « Tout est revenu dans l’ordre aux alentours de 2h du matin », selon la direction qui précise que « cinq mineurs et un jeune majeur sont en garde à vue. Ils répondront de leurs actes devant les instances compétentes ».

Selon un communiqué du syndicat Ufap-Unsa, ce sont « pas moins de six feux de cellules » qui « ont été allumés simultanément ». « A peine les agents sortaient un détenu menotté sur la cour pour le mettre en sécurité qu’il fallait qu’ils repartent sur un autre feu de cellule, et ainsi de suite… », explique le syndicat. Selon une source proche de l’enquête un des jeunes détenus placé en garde à vue a été conduit au CHU. Il se serait blessé à la tête en se cognant, selon cette source.

L’EPM d’Orvault accueille actuellement une quarantaine de jeunes détenus. En 2014, une surveillante avait été rouée de coups dans un guet-apens.