Nantes: Grosse augmentation des impôts locaux dans la métropole

FISCALITE La taxe d'habitation et la taxe foncière vont augmenter en 2016, dans les 24 communes de l'agglomération...

Julie Urbach

— 

La grande majorité des communes et des départements ont choisi de ne pas relever en 2012 les taux de la taxe d?habitation et des deux taxes foncières, sur le bâti et le non-bâti,
La grande majorité des communes et des départements ont choisi de ne pas relever en 2012 les taux de la taxe d?habitation et des deux taxes foncières, sur le bâti et le non-bâti, — GILE MICHEL/SIPA

« Ce sera la première augmentation des taxes pour les ménages et la dernière avant la fin du mandat », promet Pascal Bolo, vice-président de Nantes métropole et rapporteur du budget. Ce mardi, les élus du conseil métropolitain vont débattre de la stratégie financière de la métropole. Au centre, prévue pour 2016, une hausse des impôts locaux, « dont les taux étaient inférieurs à ceux des métropoles de même taille », assure Pascal Bolo. L’objectif est de lever 40 millions d’euros.

Après des débats houleux en conseil métropolitain ce mardi matin, la délibération sur la hausse de la fiscalité a été adoptée avec 66 voix pour et 31 contre. Plusieurs élus de l'opposition, parfois virulents, ont dénoncé une «pression fiscale accrue».

Une hausse de 5,9 % pour les propriétaires

Concrètement, la taxe d’habitation passera au taux à 10,14 % et la taxe foncière au taux à 6,41 % (+5,75 %). Ce sont les propriétaires qui paieront le plus cher, avec un bond de 5,9 % en moyenne de leur fiscalité (« entre 60 et 170 euros pour un T4 » par an, calcule Nantes métropole).

Pour la même surface, les propriétaires bailleurs verront une hausse entre 90 et 180 euros. Les locataires ne devraient pas trop ressentir cette augmentation, en raison de la « baisse de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères ». Du côté des entreprises, la cotisation foncière des entreprises augmentera légèrement en 2017.

La métropole se serre la ceinture

Une décision motivée par « une stratégie économique ambitieuse » avec 1,7 milliard d’investissement sur cinq ans et alors que les dotations de l’Etat baissent, assure Johanna Rolland, présidente de Nantes métropole. Pour compenser les difficultés, la métropole s’engage à réaliser 7 millions d’euros d’économie, notamment grâce à une « optimisation des contrats de délégation de service public » et une « maîtrise de la masse salariale ».