Régionales 2015: Les portraits des trois finalistes en Pays de la Loire

ELECTIONS Bruno Retailleau, Christophe Clergeau et Pascal Gannat se disputent la victoire en Pays de la Loire dimanche, lors du second tour des élections régionales...

F.B. avec AFP
— 
Bruno Retailleau (Les Républicains) est arrivé en tête du premier tour
Bruno Retailleau (Les Républicains) est arrivé en tête du premier tour — JEAN-FRANCOIS MONIER AFP

Trois candidats sont qualifiés pour le second tour des élections régionales en Pays de la Loire: Bruno Retailleau (Les Républicains-UDI-MoDem), Christophe Clergeau (PS-EELV) et Pascal Gannat (FN). Le successeur de Jacques Auxiette à la tête du conseil régional des Pays de la Loire est l'un d'entre eux. Portraits, par ordre alphabétique.

Christophe Clergeau, le socialiste nouvelle génération qui veut créer la surprise

Christophe Clergeau, candidat du PS et des écologistes. -JS Evrard/AFP

Premier vice-président de Jacques Auxiette au sein du conseil régional sortant, Christophe Clergeau, 47 ans, espère créer la surprise en prolongeant le bail de la gauche en Pays de la Loire.

Fils de la députée nantaise Marie-Françoise Clergeau, ce « socialiste réformiste » considéré comme « écolo compatible » est adhérent au PS depuis ses 15 ans. Après avoir créé SOS Racisme à Nantes lorsqu’il était lycéen, il a travaillé à Radio France internationale (RFI) et au ministère de l’Agriculture, avant de devenir chargé d’enseignement à l’université de Nantes. Au-delà de son mandat régional depuis onze ans, celui qui vit aujourd’hui à Nantes a aussi été élu local à Sainte-Luce-sur-Loire.

« Christophe travaille beaucoup, très vite. Il est très exigeant, pousse les autres à se surpasser. C’est un meneur par l’exemple plutôt que par l’autorité », raconte son entourage. Alors que certains avaient des doutes au départ, « il a rapidement pris l’étoffe du premier vice-président de la région [en 2010] et a fait de même en tant que tête de liste ». « On est tous bluffés par la dimension qu’il a prise au cours de la campagne », confie un proche.

En dehors de la politique, Christophe Clergeau, pacsé, sans enfant, est un passionné de musique et lit beaucoup de romans et livres d’Histoire.

Pascal Gannat, « l’illustre inconnu » qui veut faire entrer le FN à la région

Pascal Gannat, candidat du Front National

« Illustre inconnu » dans les Pays de la Loire il y a un an, Pascal Gannat, 60 ans, secrétaire du FN dans la Sarthe, se targue d’être celui qui va « réussir à amener au moins 17 ou 18 élus frontistes à la région », ce qui serait une première.

Ce natif de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) a commencé à militer au FN en 1984, avant de devenir chef de cabinet de Jean-Marie Le Pen, puis conseiller municipal à Roubaix (Nord) et conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais.

Revenu sur la scène politique en décembre 2014, après une parenthèse de 15 ans pour se consacrer à sa vie professionnelle, Pascal Gannat est choisi par le bureau politique du FN pour devenir chef de file dans la Sarthe, où il est d’ailleurs arrivé en tête au premier tour des régionales dimanche dernier. Ce patron de deux sociétés de services financiers, marié et père de neuf enfants, « rêve de dépasser les 25 % » de voix au second tour.

Bruno Retailleau, l’ex-villiériste qui a gravi les échelons

Bruno Retailleau, candidat de la droite et du centre - F.Brenon/20Minutes

Donné favori de ce second tour, le Vendéen Bruno Retailleau, 55 ans, ancien bras droit de Philippe de Villiers au MPF et actuel président du groupe Les Républicains au Sénat, vise la reconquête des Pays de la Loire perdus par la droite en 2004.

Ce proche de François Fillon a longtemps été bénévole puis metteur en scène au Puy du Fou. Il a également dirigé la radio Alouette FM et l’école de communication nantaise SciencesCom. Réputé plutôt conservateur, opposé au mariage homosexuel et à la loi sur le non-cumul des mandats, il a pris une nouvelle importance depuis sa rupture en 2010 avec Philippe de Villiers, à l’ombre duquel il avait fait toute sa carrière avant de prendre sa suite à la tête du département de Vendée.

Son entourage le décrit comme « un énorme travailleur, sérieux, précis », qui « improvise rarement les choses ». « C’est pourtant un patron facile à vivre, il a peu de sautes d’humeur, ce qui assez rare en politique », ajoute un proche collaborateur. « Ce n’est pas un homme de buzz, il préfère le temps long », complète-il.

Marié et père de trois enfants, Bruno Retailleau vit toujours dans la petite commune de Saint-Malo-du-Bois (Vendée), dans une ferme où il élève oies, vaches et, surtout, chevaux, sa passion. Le sénateur apprécie aussi particulièrement la lecture, la musique classique, l’art contemporain, et a fait de ses dimanches des jours « préservés avec sa famille ».

>> Retrouvez les résultats des élections, région par région, par ici