Attentats à Paris: Les nouveaux donneurs de sang continuent d'affluer à Nantes et dans la région

SOLIDARITE Les attaques terroristes de Paris poussent les habitants à se mobiliser dans les lieux de collecte de sang...

Julie Urbach

— 

Centre de don du sang à Nantes. Etablissement Francais du Sang EFS.
Credit:SEBASTIEN SALOM-GOMIS/SIPA
Centre de don du sang à Nantes. Etablissement Francais du Sang EFS. Credit:SEBASTIEN SALOM-GOMIS/SIPA — SIPA

Jusqu’alors, elle n’avait jamais franchi le pas. Mais mercredi après-midi, Alice, 22 ans, s’est rendue au centre de collecte fixe de l’établissement français du sang (EFS) de Nantes, situé au CHU. Comme de nombreux donneurs partout en France, les attentats survenus à Paris il y a près de quatre semaines, coûtant la vie à 130 personnes, l’ont poussée à se mobiliser. « Ça a été un déclic, explique la jeune femme, tout en serrant une balle en mousse. J’ai été touchée et me suis dit que c’était le moment de prendre rendez-vous. »

Une première fois pour un quart des donneurs

Dans la région, elle n’est pas la seule à se lancer dans cette démarche. « On fait face à une affluence exceptionnelle et sans précédent, confirme Laure Henry-Baudot, responsable à l’EFS Pays de la Loire. Nous avons compté plus de 7.500 donneurs pendant les deux dernières semaines alors que nous en avions prévu 6.600. Un quart d’entre eux n’avaient jamais donné leur sang, dont beaucoup de jeunes de moins de 30 ans. C’est un chiffre énorme : d’habitude, il tourne plutôt autour de 18 %. »

Les événements tragiques ont aussi fait revenir des donneurs qui avaient déserté les lits. Alexandra, par exemple, n’était pas venue depuis deux ans mais a ressorti sa carte. « C’était le moment ou jamais », sourit la demoiselle, qui évoque elle aussi les attaques terroristes.

Reporter son don de quelques jours

Si l’organisme se félicite de la mobilisation, il tente cependant de calmer cet élan de solidarité soudain pour le transformer en un mouvement voué à perdurer. Car si certaines poches ont été dédiées aux blessés en Ile-de-France, un envoi est en fait effectué chaque semaine et pendant toute l’année : les besoins d’autres patients malades restent toujours très forts.

« Les fêtes de Noël et le mois de janvier sont généralement des périodes très critiques car les donneurs sont en vacances, et les épidémies de grippes et de gastro commencent, indique Laure Henry-Baudot. Il faut aussi savoir que les produits que l’on prélève ont des durées de vie limitées, seulement quarante-deux jours pour les globules rouges. »

S’ils le peuvent, les donneurs sont donc invités à attendre un peu avant de prendre rendez-vous ou de se rendre à une collecte. Ceux qui l’on déjà fait pourront revenir sans problème, huit semaines après leur don.