Notre-Dame-des-Landes: Bloqués par la gendarmerie, les anti-aéroport à vélo autorisés à repartir

MANIFESTATION Les opposants au projet d'aéroport, qui souhaitent rejoindre la région parisienne à vélo et en tracteur, ont été bloqués deux heures par la gendarmerie ce dimanche près d'Ancenis...

Frédéric Brenon

— 

Les anti-aéroport ont quitté samedi matin, à vélo, Notre-Dame-des-Landes. S.SALOM-GOMIS/SIPA
Les anti-aéroport ont quitté samedi matin, à vélo, Notre-Dame-des-Landes. S.SALOM-GOMIS/SIPA — SIPA

Ils souhaitent rejoindre la région parisienne à vélo et en tracteur pour « dénoncer l’inutilité du projet d’aéroport » à l’occasion de la COP 21, la conférence mondiale sur le climat organisée par la France à partir du 30 novembre.

Les militants qui s’étaient élancés samedi matin de Notre-Dame-des-Landes ont été bloqués par plusieurs dizaines de gendarmes ce dimanche, de 11 h à 13 h, sur la commune d’Anetz, entre Ancenis et Varades, non loin du Maine-et-Loire.

Contrôles d’identité demandés

Quelque 170 cyclistes, cinq tracteurs et trois voitures font partie du convoi. Les forces de l’ordre ont demandé à contrôler l’identité de chaque participant et voulaient leur notifier l’interdiction de manifester en région Ile-de-France, selon les manifestants.

« Nous avons refusé le contrôle d’identité, rapporte un membre du cortège. Notre premier objectif est simplement de rejoindre notre seconde étape à Angers. Le blocage actuel nous apparaît comme un signe de plus de la volonté du gouvernement de museler toute contestation sociale et environnementale lors de la COP 21. »

Après avoir consulté le ministère de l'Intérieur, les forces de l'ordre ont finalement autorisé les manifestants à repartir à bicyclette. Selon ces derniers, la gendarmerie aurait expliqué que le convoi serait «interdit d'accès» à Saclay (Essonne), lieu d'arrivée prévue de la manifestation itinérante. La gendarmerie aurait précisé que «toute tentative de passer à Saclay ou en île de France serait sévèrement réprimée».

Arrivée prévue vendredi

Les opposants à l’aéroport avaient décidé de maintenir leur périple alors que la plupart des manifestations organisées en amont de la COP 21 ont été annulées en raison des mesures de sécurité liées à l’état d’urgence décrété à la suite des attentats parisiens.

L’arrivée est prévue le 27 novembre sur le plateau de Saclay (Essonne) où plusieurs « convois de territoires en lutte » doivent s’y retrouver. Les anti-aéroport avaient programmé des étapes d’environ 70 km. Une halte a eu lieu samedi soir à Ancenis. D’autres sont fixées à Angers, La Flèche, Le Mans et Nogent-le-Rotrou, où des échanges et débats doivent se dérouler.