Attentats à Paris: «La haine ne passera pas par nous», disent neuf responsables religieux nantais

RELIGION Une cérémonie interreligieuse a eu lieu à la mosquée de Nantes, ce vendredi après-midi…

Julie Urbach
— 
Les responsables religieux se sont retrouvés à la mosquée
Les responsables religieux se sont retrouvés à la mosquée — J.Urbach/20minutes

Le symbole est fort. Ce vendredi après-midi, les responsables des différentes communautés religieuses de Nantes se sont donné rendez-vous à la mosquée Assalam de Malakoff, à Nantes. Une semaine après les attentats parisiens, neuf représentants bouddhiste, catholique, juif, musulman, orthodoxe, protestant, dans un texte commun, ont voulu, comme après les attaques de Charlie Hebdo et de l’Hypercasher, délivrer « un message de paix ». « Nous refusons avec la plus grande fermeté que la foi puisse être instrumentalisée par des idéologies meurtrières », est-il écrit dans la déclaration cosignée cet après-midi.

« Nous nous engageons à entretenir entre nos communautés une estime et une bienveillance fraternelle. Comme nous l’affirmions déjà en janvier dernier, nous ne voulons pas céder à la peur, au rejet ou à la méfiance envers l’autre, mais poursuivrons notre dialogue entre religions et avec tous les citoyens, dans l’accueil et le respect de chacun. » Un message de condoléances et de sympathie a également été adressé aux blessés et aux familles des victimes. Une minute de silence a été observée.

« Il est temps d’ouvrir le débat de l’autocritique »

Dans son introduction, Mohammed Guerroumi, l’un des responsables de la mosquée, a fait part de sa « colère », son « dégoût », et son « amertume », après les attentats parisiens qui ont coûté la vie à 130 personnes. Il a aussi appelé les musulmans à s’interroger. « Il est temps d’ouvrir le débat de l’autocritique. Nous n’avons plus le droit de nous contenter de discours désapprobateurs, dits du bout des lèvres », a-t-il déclaré. « Nous devons nous interroger pour savoir si nous avons échoué dans l’éducation donnée où si les terroristes ont trouvé une faille dans notre religion », a-t-il continué.

Le rassemblement a eu lieu à la mosquée pour « dire notre volonté de résister, de refuser les amalgames et les discours simplistes », a lancé le pasteur Caroline Schrumpf. Elle a terminé son discours en reprenant les mots du prêtre des loubards, Guy Gilbert. « Ceux qui tuent ne sont pas des croyants : Les terroristes mettent Dieu à leur service alors que les croyants sont au service de Dieu. »