Travaux à Notre-Dame-des-Landes: Les ténors écologistes «surpris, choqués et consternés»

PROJET D'AEROPORT Plusieurs représentants nationaux d'Europe écologie-Les Verts sont venus à Notre-Dame-des-Landes ce mercredi après-midi, cinq jours après l'annonce d'une reprise des travaux...

Frédéric Brenon

— 

Cécile Duflot, Sophie Bringuy, Emmanuelle Cosse et Noël Mamère.
Cécile Duflot, Sophie Bringuy, Emmanuelle Cosse et Noël Mamère. — F.Brenon/20Minutes

Cinq jours après l’annonce d’une reprise des travaux du projet d’aéroport du Grand ouest, les ténors d’Europe écologie-Les Verts sont venus à Notre-Dame-des-Landes, ce mercredi après-midi, exprimer leur « indignation » et « réaffirmer leur soutien » aux opposants locaux au projet.

Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale du parti, Cécile Duflot, coprésidente du groupe écologiste à l’Assemblée nationale, Noël Mamère, député de Gironde, ou encore Sophie Bringuy, tête de liste EELV en Pays de la Loire, ont d’abord échangé avec les représentants des collectifs Acipa, CedPa et Adeca, avant de prendre la parole devant une trentaine de journalistes.

« On assiste à un passage en force »

« Nous sommes très surpris, choqués et consternés par la décision de l’Etat de reprendre les travaux, rappelle Emmanuelle Cosse. Ce projet est absurde d’un point de vue écologique, économique et démocratique. Quand on est à cinq semaines de la conférence mondiale sur le climat, quel est le sens de relancer un aéroport qui en lui-même est un symbole du dérèglement climatique ? »

« Il est faux de dire que tous les recours juridiques sont épuisés. Les procédures sont loin d’être terminées. On assiste à un passage en force de l’Etat », s’insurge Sophie Bringuy. « On ne peut pas gouverner par le mensonge. La violence est du côté de l’Etat aujourd’hui », renchérit Noël Mamère.

Une étude alternative avant fin 2016

Les élus écologistes réclament ouvertement la réalisation d’une « étude indépendante et sérieuse » sur une alternative à Notre-Dame-des-Landes, et ce, avant « fin 2016 ». « Si cette étude indépendante est réalisée, tout le monde verra que ce projet n’est qu’un scandale, un écran de fumée », est convaincu Cécile Duflot.

« Cette étude, c’est une condition non négociable pour un éventuel rapprochement avec le Parti socialiste au second tour, affirme Sophie Bringuy. Les choses sont claires, je l’ai dit à Christophe Clergeau [candidat du PS en Pays de la Loire]. Je ne vois pas comment je pourrais être dans un rapport de confiance si on nous refuse le débat. »

Le plan B de Royal retient l’attention

Les écologistes ont également réagi à la suggestion de la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, de réaliser, à la place d’un nouvel aéroport, un terminal d’embarquement en gare de Nantes pour relier directement en train, de manière prioritaire, l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. « S’il existe un plan B, c’est bien la preuve qu’on peut en discuter : mettons au défi Ségolène Royal, cartes sur table », commente Cécile Duflot. « Il serait intéressant d’aborder ce sujet avec la SNCF », ajoute Emmanuelle Cosse.