Nantes: Les deux prochains gros chantiers qui attendent le périphérique

TRANSPORTS Les portes de Rennes et d'Orvault, puis l'échangeur de la porte de Rezé, seront bientôt en travaux...

Frédéric Brenon
— 
Le périphérique de Nantes (porte de Rezé)
Le périphérique de Nantes (porte de Rezé) — J. Urbach/ 20 Minutes

Après la mise en service de feux tricolores de régulation sur quatre voies d’accès au périphérique ouest en mars, après la création d’une voie supplémentaire sur le pont de Cheviré fin septembre, deux gros chantiers attendent désormais le périphérique nantais d’ici deux ans.

Une voie de plus sur le périph nord

Le premier concerne le périphérique nord, entre les portes de Rennes et d’Orvault, secteur le plus chargé du périphérique nantais en termes de circulation. Le projet consiste en la création entre les deux portes d’une voie supplémentaire pour chaque sens de circulation « afin de permettre aux véhicules entrant et sortant à la porte suivante ne pas encombrer les voies centrales ».

Un enrobé acoustique permettant de réduire le bruit sera également appliqué. Les travaux sont programmés pour fin 2016, après l’enquête publique début 2016. Coût de l’opération : 12,5 millions d’euros, financés par l’Etat, le département et Nantes métropole.

Transformer la porte de Rezé

Le second gros chantier à mener concerne le périphérique sud, au niveau de l’échangeur de la porte de Rezé. Le secteur constitue un accès routier important depuis le sud de l’agglomération, de même qu’une entrée stratégique pour la métropole avec la desserte des parcs Océane et le transfert, à l’horizon 2018, du Marché d’intérêt national de Nantes (1.300 salariés attendus).

Le projet consiste à faciliter le franchissement de la Porte de Rezé pour la ligne de Chronobus C4, à fluidifier et sécuriser les accès au périphérique, et à « réaliser des cheminements piétons et cyclistes lisibles, continus, sécurisés et confortables », indique Nantes métropole. Le début des travaux est espéré pour 2017 et une livraison pour mi-2018. Montant total estimé à 6,5 millions d’euros.

Les portes d’Anjou et de Gesvres ne sont pas oubliées

Par ailleurs, de manière moins spectaculaire, il est également prévu un réaménagement de la porte d’Anjou (installation d’un dispositif de régulation par feux à l’entrée du giratoire) à la fin du premier semestre 2016. Un passage à 2x2 voies de l’échangeur de la porte de Gesvres, qui assure la liaison entre les périphériques est et nord, au niveau de l’autoroute A 11, est envisagé pour 2018.