Nantes: La taxe de séjour prend un sacré coup de chaud

TOURISME Le montant de la taxe va doubler pour certains hôtels. L'impact réel sur les clients reste toutefois modéré...

Frédéric Brenon

— 

L'hôtel Radisson Blu (4 étoiles).
L'hôtel Radisson Blu (4 étoiles). — FABRICE ELSNER/20 MINUTES

Les élus de Nantes métropole ont voté ce lundi une augmentation de la taxe de séjour à partir du 1er janvier 2016. Cet impôt n’est pas payé par les habitants mais par les touristes pour chaque nuitée marchande passée sur le territoire.

La hausse varie de +25 % à +104 % selon les catégories d’établissement. Pour, les clients des campings, meublés de tourisme et hôtels inférieurs à 4 étoiles, la différence n’est que de 15 à 50 centimes par personne et par jour. Pour les palaces et hôtels de 4 et 5 étoiles, la différence est de 1,15 euro.

Les tarifs n’avaient pas bougé depuis 2006

« Les tarifs n’ont pas évolué depuis 2006. Ils sont sensiblement inférieurs aux plafonds autorisés et sont moins élevés que ceux des autres grandes agglomérations », justifie Nantes métropole.

Le Club hôtelier de Nantes, qui sera contraint d’augmenter ses prix et craint donc un impact négatif sur la fréquentation hôtelière, aurait préféré que l’augmentation « soit la même pour tous, qu’il s’agisse d’un camping 1 étoile ou d’un hôtel 4 étoiles ».

Le Club demande aussi que « les réseaux, comme la plate-forme communautaire Airbnb, soient soumis aux mêmes taxes ». Nantes métropole a justement annoncé qu’elle discutait avec Airbnb pour collecter une taxe de séjour sur ses hôtes à partir de 2016.