Saint-Nazaire: La médaille du Nobel d'Aristide Briand dérobée

FAITS DIVERS L'écomusée de Saint-Nazaire a été la cible d'un cambriolage, dans la nuit de vendredi à samedi...

20 Minutes avec AFP

— 

La médaille volée
La médaille volée — Compte twitter de la ville de Saint-Nazaire

La mairie de Saint-Nazaire parle d’un « vol indigne ». La médaille d’or du prix Nobel de la paix, remise en 1926 à Aristide Briand, a été dérobée dans la nuit de vendredi à samedi à l’Ecomusée de Saint-Nazaire.

Le ou les auteurs du vol ont forcé une porte et brisé la vitrine où étaient entreposés divers objets ayant appartenu à l’ancien président du Conseil de la IIIe République. Outre la médaille du Nobel, une photo originale d’Aristide Briand en robe d’avocat et sa carte de correspondant de presse ont également été dérobées. En revanche, le fac-similé du diplôme du Nobel, également exposé, a été laissé sur place.

Alerté par l’alarme, l’agent de sécurité du musée est arrivé rapidement sur les lieux mais les auteurs du vol avaient déjà disparu.

La ville a déposé plainte

La municipalité, qui souligne que c’est le premier vol jamais commis dans ce musée consacré à l’histoire de la ville depuis son ouverture en 1988, a déposé plainte. La police technique et scientifique a procédé à des investigations sur place.

Selon Patrice Bulting, adjoint au tourisme, « le fait que ce vol ait été particulièrement ciblé sur le seul objet de valeur, sa rapidité, laisse penser qu’il pourrait s’agir d’une commande d’un collectionneur privé ».

« C’est un vol indigne au regard du patrimoine commun », a déclaré le maire (PS) David Samzun. « Nous sommes meurtris ; on nous a volé un morceau de notre histoire », a-t-il ajouté. Aristide Briand (1862-1932) avait passé une partie de sa jeunesse à Saint-Nazaire où ses parents tenaient le Grand Café. Il y avait fait ensuite ses premières armes comme élu, journaliste et avocat. La mairie a lancé « un appel à la responsabilité » et au retour du butin.

La médaille en or du Nobel, remis à Aristide Briand le 10 décembre 1926 pour son rôle dans l’éphémère réconciliation franco-allemande, avait été acquise aux enchères en 2008 pour 12.200 euros.