Notre-Dame-des-Landes: Un camion transportant de l'alcool immobilisé et pillé par des Zadistes

FAITS DIVERS Un chauffeur a prévenu les gendarmes après le blocage de son poids lourd par des Zadistes. Une partie de la marchandise a disparu…

J.U. avec AFP

— 

Le poids-lourd a été immobilisé sur une route traversant Notre-Dame-des-Landes. Les gendarmes sont venus le récupérer
Le poids-lourd a été immobilisé sur une route traversant Notre-Dame-des-Landes. Les gendarmes sont venus le récupérer — Gendarmerie de Loire-Atlantique

Le chauffeur s'était égaré dans la Zad, pendant la nuit. Un important dispositif de gendarmerie, une centaine d'hommes et un hélicoptère, a été déployé vendredi matin à Notre-Dame-des-Landes, pour récupérer un poids lourd immobilisé par des zadistes.

Le camion, qui transportait huit tonnes d'alcool, s'est retrouvé «par erreur» sur la départementale D281, au coeur de la Zad de Notre-Dame-des-Landes. Selon Ouest-France, qui a révélé l'information, des Zadistes ont repéré le véhicule et se sont alors servis dans le chargement. «Sous la menace», le conducteur a été «forcé à quitter son véhicule», indique la préfecture.

Le chauffeur du poids lourd, «juste un peu choqué mais pas blessé», a pu repartir sans difficulté de la Zad mais a dû laisser son véhicule sur place. Le camion a été repéré et rapatrié ce vendredi en fin de matinée, «dans un climat tendu», selon la préfecture. Des opérations de police technique ont lieu avant de le restituer au propriétaire, afin d'aider à l'identification des auteurs.

Treize palettes d'alcool et de denrées manquent à l'appel

Pour la société de transports Lahaye, propriétaire du camion, les dommages seraient importants. Selon elle, le véhicule a été «vidé de son contenu (13 palettes d'épicerie et d'alcool), le gazole siphonné ainsi que le fuel». «Le montant total des marchandises dérobées n'est pas, à cette heure, déterminé», précise la société en fin de journée. Le butin pèserait environ onze tonnes, dont huit d'alcool, selon Ouest-France.

Les Zadistes n'ont pas la même lecture

Les Zadistes ne font toutefois pas le même récit des événements. «Les habitants dormaient quand le camion est arrivé à 3h du matin. Il n'y a eu aucune violence sur le chauffeur qui est resté tranquillement dans sa cabine jusqu'au matin où un véhicule est venu le chercher. Personne ne s'est opposé à la récupération de la marchandise», soulignent-ils dans un communiqué, dénonçant par ailleurs une opération disproportionnée.