HBC Nantes: « Je suis dépité ce soir, j'espère qu'on a touché le fond, j'espère...», confesse Thierry Anti

HANDBALL Après une troisième défaite de suite extrêmement inquiétante dans le contenu, l'entraîneur nantais a fait une analyse sans concession...

David Phelippeau

— 

L'entraîneur nantais Thierry Anti.
L'entraîneur nantais Thierry Anti. — HARSIN ISA/SIPA (archives)

L’impasse de trois. Le HBC Nantes, désormais 12e de LNH (sur 14), s’est incliné (23-27) pour la troisième fois de rang en championnat face à Saint-Raphaël, ce mercredi, à la Trocardière. Lâché par sa défense, le HBCN a cette fois-ci été trahi par son jeu offensif. Ce mercredi matin (avant le match), le président Pelletier, joint au téléphone, réfutait le terme de crise. Il va pourtant falloir s’y résoudre. Sa formation, sans âme, sans vie, s’enfonce dans la sinistrose. Tout de suite après le gong final, Gaël Pelletier a donné rendez-vous, ce jeudi, dès 8 h aux joueurs pour une explication de texte. De son côité, l’entraîneur Thierry Anti, après avoir erré quelques instants, seul, dans le couloir qui mène à la salle de presse, s’est présenté devant les médias. Morceaux choisis d’une conférence pendant laquelle on a entendu les mouches voler à certains moments…

Un coach complètement perdu devant la prestation des siens

« Je suis complètement désarmé. En voyant jouer, ce soir, mon équipe, par rapport à tout ce qu’on avait travaillé, j’ai été salement surpris. J’ai vu une équipe fébrile, qui en a oublié son jeu. C’est très difficile pour moi ce soir. Il y a peu de joueurs qui sortent du lot. Je ne l’explique pas. Il y avait de l’envie en défense, mais en attaque, on était comme une équipe qui n’aurait jamais travaillé. Est-ce que ma formation est en plein doute ? Est-ce que le message ne passe plus ?»

Même l'analyse est douloureuse pour Thierry Anti

Thierry Anti poursuit avec un ton grave. «Là, j’espère qu’on a touché le fond. J’espère, j’espère… Il y a des joueurs qui ont joué petits bras. Et le nombre de fautes techniques qu’il y a eu. Il y a des joueurs qui n’allaient pas où on leur demandait, ils se regardaient… Très honnêtement, je n’arrive pas à expliquer quelque chose, ce soir. Je suis dépité. Sur ce que j’ai vu, c’est difficile pour moi. Même l’analyse, c’est dur. On a fait une très faible production. Je suis très abattu… »

>> A lire aussi : «Mon équipe, je l'aime, mais je ne la reconnais pas!», avoue Thierry Anti