En Pays de la Loire, l'enseignement catholique séduit toujours plus de familles

EDUCATION Plus de 2.000 élèves supplémentaires ont rejoint un établissement du réseau, en cette rentrée...

Julie Urbach

— 

NANTES, le 27/03/2013 Le lycee prive LOQUIDY est dans le top 10 des lycées Nantais
NANTES, le 27/03/2013 Le lycee prive LOQUIDY est dans le top 10 des lycées Nantais — FABRICE ELSNER/20MINUTES

Des familles toujours plus nombreuses. Alors que les élèves ont repris le chemin de l’école il y a un mois tout juste, l’heure est venue de faire les comptes pour les directeurs diocésains de la région. Cette année encore, le nombre d’inscriptions a explosé dans les établissements de l’enseignement catholique privé : pas moins de 2.245 élèves supplémentaires ont été comptabilisés, une croissance égalée nulle part ailleurs en France.

Tous niveaux confondus, les Pays de la Loire restent la première région concernant la scolarisation des jeunes dans l’enseignement catholique, avec près de 275.000 écoliers, lycéens et collégiens, soit plus de 38 % des enfants.

Répondre à cet engouement

« Dans l’Ouest, depuis de nombreuses années, l’enseignement catholique fait partie du paysage et représente une évidence culturelle pour beaucoup de foyers », avance Philippe Pare, président de l’union des directeurs diocésains, comme première explication. Mais au-delà des familles chrétiennes, nombreuses sont celles qui sont prêtes à payer pour prétendre à des taux de réussite aux examens supérieurs à la moyenne, ou à un meilleur encadrement. « Mon fils se plaignait dans le public, il y avait des bagarres, avance un père de famille nantais. Ici, c’est un meilleur environnement, et plus proche de chez nous. »

>> A lire : Pourquoi des musulmans choisissent l’école catholique pour leurs enfants

L’engouement est tel que certains établissements du réseau ont même dû refuser des élèves. « En Loire-Atlantique, une vingtaine de classes auraient pu s’ouvrir si on en avait eu les moyens, détaille Hervé Bonamy, directeur diocésain de Loire-Atlantique. La demande est particulièrement forte sur la métropole nantaise, notamment dans les lycées. » Un nouvel établissement a d’ailleurs vu le jour en cette rentrée à Saint-Sébastien.

Et cette dynamique ne devrait pas s’arrêter. Malgré les moyens contraints, un nouveau lycée ouvrira ses portes à Savenay d’ici 2020. Des regroupements d’établissements afin d’en augmenter la capacité sont prévus un peu partout dans le reste de la région, comme en Vendée où 50,5 % des jeunes, soit la majorité, y sont inscrits.