FC Nantes: Les plus et les moins du FCN depuis le début de la saison

FOOTBALL En 8 journées de L1, les Canaris ont pris dix points et sont classés 15es avec toutefois un match (à Nice) en moins…

David Phelippeau

— 

Le FC Nantes face à Saint-Etienne début septembre.
Le FC Nantes face à Saint-Etienne début septembre. — PHILIPPE DESMAZES / AFP

Le début de championnat des Canaris n’est finalement pas si mauvais que cela si l’on compare avec les deux saisons précédentes. Après 8 journées, le FC Nantes comptabilise 10 points, soit deux de moins que la saison dernière au même stade et le même nombre qu’en 2013-2014 si on enlève le succès inaugural contre Bastia (Affaire Touré). Après un début tonitruant, les hommes de Der Zakarian ont peiné, perdant quatre matchs d’affilée. Quels enseignements peut-on tirer de ces deux premiers mois de compétition pour le FCN ?

>> Les plus

 

1) Une jeunesse nantaise sans complexe

Cela doit être une des fiertés du club. Les purs produits de la Jonelière ont su répondre présents. Léo Dubois et Koffi Djidji en défense ainsi que Valentin Rongier au milieu du terrain sont quasiment devenus des titulaires indiscutables. Même constat pour Birama Touré (post-formation), qui a été titulaire 7 fois en 8 matchs (il était suspendu contre Rennes).

2) Jules Iloki

Il mérite un « plus » à lui tout seul même s’il n’a été titulaire au coup d’envoi de seulement deux rencontres (Paris et Lille). Au-delà de ses deux buts (à Lille et à Nice) - un seul sera comptabilisé - c’est la fraîcheur et la spontanéité de Jules Iloki qui ont sauté aux yeux. « On avait besoin de ça », avouait, la semaine dernière, le défenseur Léo Dubois.

3) La sérénité de Michel Der Zakarian

Dans la tempête (quatre défaites de rang), l’entraîneur nantais a montré plus de sérénité qu’à l’accoutumée. En témoigne son attitude en conférence de presse avant certains matchs… Le coach a su remettre aussi en cause le dispositif tactique (4-4-2 en losange) sur lequel il a travaillé tout l’été et il comptait cette saison pour lui préférer un système plus classique (4-2-3-1). Une alternative que beaucoup d’observateurs réclamaient.

>> Les moins

 

1) L’affluence de la Beaujoire

C’est un sujet récurrent. 27 262 spectateurs contre Rennes et 31 410 contre la PSG. La Beaujoire a reçu deux matchs très attendus par les supporters nantais et, pourtant, elle n’a toujours pas fait le plein. Et on voit mal comment le stade pourrait faire un guichets fermés cette saison (Marseille ?)… Il y a diverses raisons à cette affluence en baisse, mais, on ne peut s’empêcher de penser qu’avec des tarifs moins élevés, la Beaujoire afficherait une moyenne de plus de 30 000 à chaque match.

2) Globalement, les recrues offensives déçoivent

Il faut bien sûr leur laisser du temps, mais force est de constater que les recrues estivales offensives ont déçu. Devant, Sala (souvent blessé) et Sigthorsson n’ont toujours pas inscrit le moindre but en match officiel. Le second semble être sur la bonne voie au regard du nouveau système de jeu et de ses dernières prestations. Le Brésilien Adryan a laissé entrevoir des qualités techniques intéressantes, mais ça n’est pas suffisant en L1. Thomasson, après une préparation prometteuse, a plongé comme l’équipe à partir du 4e match…

3) Une défense bien poreuse sur les derniers matchs

Depuis son retour parmi l’élite il y a deux ans, le FC Nantes a toujours basé sa réussite sur sa défense (6e meilleure défense de L1 en 2013-2014 et 7e en 2014-2015). Si l’on met à part les trois premiers matchs (aucun but encaissé), les Canaris ont pris 10 buts sur les 5 derniers matchs, dont 4 contre le PSG. Le gros turn-over et donc le manque de stabilité expliquent en partie ces mauvais chiffres. Paradoxalement, le FCN possède la 7e meilleure défense de L 1 (à égalité avec Saint-Etienne et Caen) avec toutefois un match en moins…