FC Nantes: «Je me suis un peu trop compliqué la vie, j'ai voulu trop en faire», reconnaît Adrien Thomasson

INTERVIEW Le milieu de terrain (21 ans), arrivé au FCN cet été, explique entre autres sa mauvaise passe de ces dernières semaines…

David Phelippeau
— 
Lille's French midfielder Rio Mavuba (R)  vies with Nantes' French midfielder Adrien Thomasson during the French L1 football match between Lille and Nantes on september 29, 2015 at the Pierre Mauroy Stadium in Villeneuve-d'Asq, northern France. AFP PHOTO / DENIS CHARLET
Lille's French midfielder Rio Mavuba (R) vies with Nantes' French midfielder Adrien Thomasson during the French L1 football match between Lille and Nantes on september 29, 2015 at the Pierre Mauroy Stadium in Villeneuve-d'Asq, northern France. AFP PHOTO / DENIS CHARLET — AFP

De jolies promesses puis un gros essoufflement. Voilà comment résumer le début de saison du néo Nantais Adrien Thomasson. Le milieu de terrain, excellent durant les matchs de préparation et moins percutant depuis plus d’un mois, a semblé retrouver ses jambes, à Lille (0-1), mardi soir, dans un rôle de milieu gauche. L’intéressé, qui avoue être plus à l’aise dans un poste de « milieu relayeur ou derrière un attaquant », ne se cache pas et explique les raisons de sa mauvaise passe.

>> A lire aussi : Adrien Thomasson, la future très bonne pioche du mercato du FCN ?

Ce succès (0-1) à Lille a dû rassurer le groupe ?

On restait sur quatre défaites consécutives et des scores lourds. C’était important de gagner, mais on est encore en convalescence. On n’a gagné qu’un match. C’est trop tôt pour dire qu’on est vraiment soignés.

A quoi attribuez-vous les progrès entrevus à Lille ?

On a fait preuve de beaucoup de solidarité. Défensivement, on est plus solides qu’auparavant, sauf contre Paris. On se crée plus de situations offensives. On est mieux dans les deux zones de vérité. C’est peut-être lié au changement de système [abandon du 4-4-2 losange pour un 4-2-3-1] car on a plus de centres déjà pour nos attaquants.

Un mot sur votre passage à vide sur un plan personnel ?

J’ai peut-être subi un contrecoup de la préparation et des premiers matchs. Après, je me compliquais trop la vie et je voulais trop en faire. J’ai dénaturé mon jeu. Etre sur le banc m’a fait du bien. J’ai soufflé et ça m’a permis de me reconcentrer.