HBC Nantes: Encore lâché par sa défense, le «H» n'y arrive plus

HANDBALL Deuxième revers d'affilée pour les Nantais, battus (32-29) chez le voisin Cesson-Rennes, mercredi soir...

David Phelippeau

— 

L'entraîneur nantais Thierry Anti.
L'entraîneur nantais Thierry Anti. — HARSIN ISA/SIPA (archives)

Début de saison compliqué pour le HBC Nantes. Ce mercredi soir, lors de la 4e journée de LNH, les Nantais, déjà battus (34-29) il y a une semaine à Chambéry, ont cette fois-ci subi la loi de leur voisin Cesson-Rennes (4e). Un petit événement car, lors des douze précédentes confrontations en D1, le club cessonnais n’avait terrassé Nantes qu’à une seule reprise, le 13 octobre 2012 (27-25). 

Ce mercredi, le revers (32-29) a une nouvelle fois mis en exergue les lacunes de la défense nantaise. Le HBC Nantes, qui a toujours bâti sa force sur son arrière-garde, est trahi actuellement par cette dernière. 34 buts encaissés lors de la journée inaugurale à Aix, 34 il y a une semaine à Chambéry et 32, ce mercredi soir, à Cesson. L’absence du gardien de but titulaire Skof (blessé) et les difficultés dans la cage de Schulz et Cantegrel ne suffisent pas à expliquer l’échec de la défense.

Le 5/5 de l'ex Nantais Wilson Davyes !

Ce mercredi soir, le HBC Nantes a pris l’eau dès l’entame (4-0, 5e puis 8-2, 13e). « Cesson a mérité sa victoire, estime Igor Anic, au micro de beIN Sports. On ne fait pas un bon début de match et on court après le score. On s’est bien battus. On a pris moins de buts mais encore trop… » Le HBCN a laissé croire qu’il pouvait revenir en deuxième période (15-12 à la pause) sans jamais réussir à passer en tête une seule fois dans ce match. Ironie de l'histoire, le Portugais Wilson Davyes, qui était Nantais la saison dernière, lui a joué un bien vilain tour en réalisant un 5/5 aux tirs.

Réaction attendue de toute urgence mercredi prochain

Avec cette entame de championnat pas vraiment conforme à son statut et à ses ambitions, le HBC Nantes, 10e de LNH, doit réagir, dès mercredi prochain, à la Trocardière, contre Saint-Raphaël (2e).