FC Nantes: Birama Touré a tiré une belle leçon du passé

FOOTBALL Ce mardi, à Lille, le milieu de terrain malien devrait encore être titulaire au milieu du terrain. Une bonne habitude pour ce joueur prêté à Brest en L2 la saison dernière...

David Phelippeau
— 
Birama Touré, le milieu de terrain du FC Nantes, à Toulouse la saison dernière.
Birama Touré, le milieu de terrain du FC Nantes, à Toulouse la saison dernière. — LANCELOT FREDERIC/ SIPA/SIPA

Il est sans doute le joueur nantais le plus régulier dans la performance depuis le début de la saison. Le moins mauvais des Canaris depuis l’entame du championnat, diraient les mauvaises langues.

Birama Touré (23 ans) est devenu un titulaire indiscutable au milieu du terrain. Soit seul devant la défense dans un 4-4-2 en losange, soit associé à Valentin Rongier dans un 4-4-2 classique, le Malien a démarré six matchs sur les sept joués par les Canaris. Touré, qui n’a manqué que le duel face à Rennes (0-2) pour cause de suspension, a réussi à s’imposer face à la multitude de milieux défensifs (Deaux, Gomis, Abdoulaye Touré…).

Il a fini par « calmer » ses détracteurs

« J’avais une petite appréhension avant de reprendre à Nantes cet été, explique Touré, toujours très posé devant les micros. Je venais de L2 [il était à Brest la saison dernière]. Je me disais que le coach [Der Zakarian] allait se focaliser sur les joueurs qui étaient là la saison dernière. Mais, j’ai beaucoup travaillé pendant la préparation. Il m’a récompensé et je pense que s’il me fait jouer, c’est que je lui donne satisfaction. »

Récupérateur infatigable, Touré ajoute à sa palette désormais un jeu vers l’avant plus propre et surtout plus osé. Lors de ses premiers mois à Nantes, beaucoup d’observateurs fustigeaient sa tendance à ne prendre aucun risque balle au pied et une fâcheuse tendance à jouer latéralement. « On me faisait ce reproche, avoue, lucide, celui qui est arrivé à la Jonelière en 2012. J’ai pris conscience qu’il fallait que je m’améliore dans mon jeu vers l’avant. C’est ce qui m’a fait défaut la saison dernière et c’est pour ça que je suis parti en prêt à Brest après [en novembre 2014]. De tous les milieux de terrain, j’étais celui qui jouait le moins vers l’avant. »

A lire aussi : Birama Touré, des bas, des hauts et débats

Brest lui a fait du bien

L’expérience brestoise semble lui avoir profité. « Là-bas, je touchais un maximum de ballons. J’ai pris confiance en moi. Dans mon jeu de passes, j’ose davantage. Si je peux apporter le danger offensivement, je le ferai. Maintenant, mon rôle premier est de récupérer des ballons et de faire jouer mes collègues… »

Et aux yeux du coach Der Zakarian, Birama Touré est à la hauteur dans ce domaine.