FC Nantes: Le FCN pique sa crise... Un grand classique finalement depuis 2001

FOOTBALL A l'heure actuelle, le club nantais (19e de Ligue 1) est en pleine tempête...

David Phelippeau

— 

Fabien Barthez en 2007 au FCN.
Fabien Barthez en 2007 au FCN. — EVRARD JS/SIPA

Depuis le dernier titre de champion de France de 2001, le FC Nantes, qui vit en ce moment sans doute l’une de ses crises les plus importantes de sa longue histoire, a connu d'autres périodes sportives très compliquées.

>> A lire aussi : FC Nantes: Discours de Kita aux joueurs, réunion de crise avec le staff... La folle soirée nantaise

20 Minutes en a sélectionné cinq. Une liste chronologique, forcément non exhaustive et très subjective. Souvenez-vous…

Décembre 2001 : Raynald Denoueix limogé. Le FC Nantes est pourtant tout juste auréolé d’un titre de champion de France et il joue la Ligue des champions la semaine, mais en L1, il coince. Au point d’être lanterne rouge au soir de la 19e journée (22 décembre) après pourtant un succès (1-0) à la Beaujoire contre Troyes sur un but de Moldovan. Une victoire inutile car l’entraîneur Raynald Denoueix est limogé par le président Jean-Luc Gripond et est remplacé par Angel Marcos. Pour l’anecdote, les deux hommes se croiseront et se serreront la main à la Jonelière. Beaucoup d’observateurs estiment que le licenciement du technicien nantais marque un tournant (négatif) dans l’histoire du club.

Décembre 2004 : Le coup de gueule de Landreau et le limogeage d’Amisse. Le 28 décembre, alors que le FCN est classé 17e de L1, le capitaine nantais Mickaël Landreau réserve un entretien au vitriol à France Football. Il dézingue le président Jean-Luc Gripond, qu’il accuse d’avoir opéré « une démolition en règle » du FCN et vise son entraîneur Loïc Amisse à qui il reproche d’être « totalement sous la coupe du président ». Tous les joueurs feront front derrière lui [sauf Ahamada, gendre du coach]. Amisse sera viré quelques jours après et remplacé par Le Dizet. Nantes se maintiendra sur le fil du rasoir lors de l’ultime journée grâce à un succès (1-0) contre Metz et un incroyable concours de circonstances.

L’ancien gardien de but du FCN Mickaël Landreau. - EVRARD JS/SIPA

Avril 2007 : Le départ précipité de Barthez. Le FC Nantes fut en crise quasiment toute la saison. Quatre entraîneurs se succèdent. Le Dizet, Eo puis le duo Der Zakarian-N’Doram. Rien n’y fait, à la fin de la saison, le FCN du président Roussillon est relégué. Un épisode marquera cette saison. La venue fracassante de Fabien Barthez en décembre 2006. Malgré quelques bons matchs, le gardien de but des Bleus ne laisse pas un souvenir impérissable. Il fait ainsi une énorme boulette contre Sedan (0-1) avant de sortir sur blessure…

Fin avril, Rennes vient gagner (2-0) à Nantes. Barthez soutient avoir été pris à partie à l’issue du match. Ne se sentant « plus en sécurité », selon ses dires de l’époque, le « divin chauve » quitte la ville de Nantes sans rien dire le lendemain du match avec femme et enfants. Il laisse même ses clés de maison au patron d’un PMU de La Chapelle-sur-Erdre, avec qui il est lié…

La saison entière 2008-2009 : Retour en L2. Saison 2008-2009, le FC Nantes, fraîchement remonté en L1, vit une saison en enfer. Dès le mois d’août, une vive altercation entre Abdoun et Babovic donne le ton. Le dernier nommé casse la mâchoire du premier en lui donnant un coup à la tête volontairement. Après trois journées, l’entraîneur Der Zakarian est viré et remplacé par le directeur technique Larièpe [pour un match] puis par Baup jusqu’à la fin de l’exercice. Le samedi 27 septembre, Nantes (19e au classement) perd 3-0 à Caen. Le lendemain, les supporters taguent les murs de la Jonelière d’insultes… A la fin de la saison, les Canaris sont relégués en L2.

Le 28 septembre 2008, la Jonelière est retrouvée taguée. - J.S Evrard/SIPA

La saison 2009-2010 : La valse des coachs. Nantes retrouve la Ligue 2. Elie Baup a quitté son poste d’entraîneur après l’officialisation de la relégation. C’est Gernot Rohr qui devient coach des Canaris. Après un bon début de saison, le FCN explose (4-0) au Havre le 2 novembre, perd (2-0) à domicile contre Guingamp et encaisse un 3-0 à Sedan. Ce soir-là, le président Kita pique une énorme crise vis-à-vis de son staff. Rohr est licencié. Furlan arrive le 3 décembre 2009. Il remporte son premier match sur le banc (1-0 contre Arles), mais ses relations avec Kita sont très vite délétères. Furlan ne coachera que 9 rencontres. Le 19 février 2010, il est démis de ses fonctions et remplacé par Baptiste Gentili. Nantes termine 15e à deux points de la relégation.