FC Nantes: «Tu ne régénères pas un groupe en vendant tous tes meilleurs joueurs», regrette Olivier Quint

INTERVIEW L'ancien joueur du FC Nantes, désormais consultant sur la radio France Bleu Loire Océan, tente d'analyser la petite crise de confiance que traversent les Canaris... 

David Phelippeau

— 

Les Nantais, comme Bammou, sont en plein doute en ce moment.
Les Nantais, comme Bammou, sont en plein doute en ce moment. — J.S Evrard / AFP

Il n’y a pas encore le feu, mais il y a des braises. Le FC Nantes (16e), qui reste sur trois revers de rang, traverse une période de remous. L’ancien joueur du FCN (2001-2006) Olivier Quint, consultant sur France Bleu Loire Océan (Canaris News tous les matins à 7 h 40), analyse la situation actuelle.

Etes-vous inquiet pour le FC Nantes ?

Non parce qu’il y a des équipes beaucoup plus faibles, et c’est la chance du FC Nantes, comme c’était déjà le cas la saison passée. Après, on se pose des questions : quel est le vrai potentiel de cette équipe ? Cette formation est-elle capable de tenir son objectif d’être dans la première partie de tableau ? C’est ça la grande inconnue. Certains joueurs ne sont pas à leur niveau. Sala est un fantôme, Thomasson, qui a fait une bonne préparation, a du mal… Cette équipe doute, manque de confiance.

On sent aussi une pointe de déception…

Je suis déçu car un recrutement offensif a été fait… Mais il ne suffit pas d’empiler les joueurs pour que ça marche. Ça se travaille, ça demande beaucoup de temps. Je suis déçu car on a laissé partir des mecs qui n’avaient pas fini ce qu’ils devaient finir à Nantes. Je pense à Bessat, Veretout ou Nkoudou. Certains étaient importants dans le groupe. Avec eux, en ce moment, tu aurais une base sur laquelle t’appuyer. Là, tu n’as plus de base, tu n’as plus rien. Tu as tout changé, tu reconstruis tout et ça demande du temps.

Mais ce groupe avait besoin d’être régénéré ?

Oui, mais tu ne régénères pas un groupe en vendant tous tes meilleurs joueurs et tes jeunes formés ici. Quand tu vois l’entrée de Nkoudou, dimanche soir, avec l’OM… Régénérer, ce n’est pas changer sept ou huit titulaires mais plutôt deux ou trois.

Beaucoup observent le manque de vitesse et de percussion de cette équipe. Qu’en pensez-vous ?

A partir du moment où tu as recruté pour jouer en 4-4-2 en losange [avec une vigie devant la défense, deux milieux évoluant à l’intérieur et une pointe haute], tu sais qu’il te faut des mecs à l’intérieur, un numéro 10 et deux attaquants axiaux. Tu sais que tu ne vas pas passer par les côtés, donc si tu ne passes pas par les couloirs, tu sais que tu n’as pas besoin de mecs qui vont vite. Après, si au bout de cinq matchs, tu te rends compte que ton système ne fonctionne plus, tu le modifies, mais les mecs que tu mets ne sont pas des monstres de vitesse. Ainsi, le FCN n’a pas de joueurs qui vont vite, qui percutent parce que le club a recruté pour jouer dans un seul système. Tu as empilé des joueurs axiaux et ils ont tous le même profil. Tu ne t’es pas dit : "Dis donc, si le 4-4-2 en losange ne marche pas, il faudra peut-être des joueurs de côté ?" Gakpé, Nkoudou et Bessat sont partis et tu ne les as pas remplacés.

La solution alors ?

Ils n’ont pas d’alternatives. Recruter un joker, un chômeur ou attendre la trêve… Lenjani, Iloki ou Audel sont des joueurs de couloirs, mais ce n’est pas beaucoup. Comment ils font les attaquants pour marquer ? Sigthorsson a besoin de deux ailiers qui mettent des centres. Les mecs devant comme Sala ou Bammou sont sevrés de ballons.

Les rentrées de Sabaly et Moimbé, deux latéraux offensifs, peuvent-elles modifier la donne ?

Oui, éventuellement à domicile. Mais, encore faut-il qu’ils montent beaucoup et qu’ils mettent des « galettes ». Tu ne peux pas demander à des latéraux de mettre sept ou huit passes décisives dans la saison. Le 4-4-2 en losange est un système qui met en difficultés l’adversaire qui joue avec une sentinelle, mais quand tu as deux numéros six en face et que tu as Adryan qui n’est pas un monstre défensivement… C’est un système qui est hyper exigeant. Tu ne peux pas le faire toute une saison.

Pensez-vous que la patience du président Kita a des limites vis-à-vis du coach ?

Le problème est qu’il y a déjà un nom [Antonetti] qui est sorti. C’est peut-être des conneries, mais ce n’est pas bon pour l’entraîneur en place. C’est hyper négatif. Michel Der Zakarian doit sentir que si dans deux ou trois matchs il n’a pas pris de points, ça va être hyper chaud.