Des éclaircissements sur la mort de Sophie Gravaud

A Nantes, Guillaume Frouin

— 

Ramiz Iseni continue d’avouer. Il a reconnu avoir voulu violer Sophie Gravaud le 7 avril avant d’étrangler la jeune femme, a-t-on appris hier de source proche du dossier. «Ramiz Iseni cherchait de l’argent le soir des faits, après avoir vidé la veille le compte bancaire de la famille au casino de Pornic», a déclaré Loïc Cabioch, avocat de la mère de Sophie Gravaud.

Le père de famille bosniaque aurait alors volé à l’arraché le sac à mains de la jeune femme sur le parking d’Atlantis, au moment où elle sortait de son travail. Alors que Sophie Gravaud le poursuivait, Ramiz Iseni l’aurait forcée à monter dans sa voiture, puis ligotée sur la banquette arrière. Pendant plus d’une heure, il aurait alors roulé dans l’agglo, avant de commencer à déshabiller sa victime. Face à sa résistance, il l’aurait étranglée, puis jetée dans un fossé, à Bouguenais.

L’épouse de Ramiz Iseni a, elle, été remise en liberté mercredi soir, après trois mois de détention à la maison d’arrêt de Nantes. Elle reste mise en examen de «complicité d’enlèvement et séquestration suivie de mort» et de «recel». Bukurija Iseni aurait en effet eu en main l’argent retiré avec la carte bancaire de Sophie Gravaud.