Les pêcheurs d'anchois poursuivent leurs actions

©2007 20 minutes

— 

Ils sont attendus ce matin sur le pont de Saint-Nazaire, pour distribuer des tracts. Les marins-pêcheurs de la Turballe (44), des Sab­les d'Olonne (85) et de Saint-Gilles-Croix-de-Vie (85) ont continué à faire parler d'eux, en laissant passer, hier, gratuitement les automobilistes au péage du Bignon. « On est à bout, complètement acculés », assure Hervé Moreau, le patron du Joker, qui surveille depuis dimanche le câble qui empêche les autres navires de sortir du port de la Turballe.

D'après lui, la flottille du port (240 personnes), qui vit à 40 % de l'anchois, pourrait être décimée si cette pêche n'était pas rouverte par Bruxelles. Vend­redi, des experts européens ont recomman­dé une interdiction totale « au moins jusqu'en juillet 2008 ».

détruits « Les patrons n'ont plus un sou d'avance », estime Dominique Lebrun, présidente du comité des pêches de la Turballe. « S'il n'y a pas un plan de réouverture, ce sont quatorze navires qui pourraient être détruits cette année. »