HBC Nantes: «L'objectif est de rester europén, mais tellement de clubs visent ça», estime l'entraîneur Thierry Anti

INTERVIEW Le HBC Nantes débute sa 7e saison dans l'élite du handball, ce mercredi soir, à Aix...

David Phelippeau
— 
L'entraîneur nantais Thierry Anti.
L'entraîneur nantais Thierry Anti. — © Fabrice ELSNER

C’est reparti pour une 7e saison d’affilée en élite pour le HBC Nantes. Ce mercredi soir, les Nantais seront à Aix, club dans lequel évolue désormais Jérôme Fernandez, pour l’ouverture de la LNH. Entretien avec l’entraîneur nantais Thierry Anti.

Vous semblez débuter avec quelques certitudes mais aussi des doutes ?

Oui, les deux. On a des certitudes dans notre jeu. On a fait des très bonnes parties défensives et offensives en préparation. Après, il y a eu des moments nettement moins performants. Ils s’expliquent par le manque de concentration et d’application, mais aussi la fatigue. Il n’y a peut-être pas eu suffisamment de maîtrise de la part de certains joueurs. Il y a donc encore du boulot.

Les objectifs cette saison ?

Ça fait un moment qu’on est installés dans le top 4. Pour passer le cap, il faudrait se rapprocher du top 2. Mais, je pense qu’il va encore nous falloir du temps. L’objectif est de rester européen, mais tellement de clubs visent ça… A moyen terme, on aimerait la Ligue des champions, mais ça impose d’être dans le top 2.

Quand on voit votre défaite sur le fil contre Paris, on se dit que Nantes a un vrai potentiel…

Le problème c’est qu’on peut faire des belles choses sur un match ou deux, mais rarement sur dix matchs. C’est là où doit être notre progression. Il faut qu’on soit régulier dans la haute performance. C’est mon objectif principal en tant qu’entraîneur et ça sera notre souci dans un championnat très difficile. C’est par exemple ce que sait faire Montpellier depuis des années. Ce qu’a su faire Saint-Raphaël la saison dernière. Paris, je n’en parle pas car c’est une autre planète. Sur 26 matchs, c’est intouchable.

On a le sentiment que c’est peut-être la saison la plus difficile qui vous attend ?

Moi, en tant que coach, j’ai toujours trouvé que toutes les saisons étaient compliquées. Mais, oui, sans doute, vous avez raison. Un peu à l’image du Top 14 de rugby, il y a beaucoup d’équipes ambitieuses et plus aucune petite équipe. On ne sait plus ce que ça peut donner ce championnat.

Avec la blessure longue durée du gardien de but Skof, allez-vous recruter un remplaçant ?

Skof s’est fait opérer (du coude), lundi. Il n’est pas opérationnel avant la phase retour. Le club, s’il a des ambitions et il en a, va chercher un gardien. Mais, encore faut-il qu’on trouve et qu’il nous apporte plus que les deux gardiens qu’on a en ce moment : Schulz et le jeune Cantegrel.